Liens d'accessibilité

La Syrie replonge dans la guerre face à une diplomatie impuissante


John Kerry rencontre son homologue russe Sergei Lavrov à Genève, Suisse, le 26 août 2016.

John Kerry rencontre son homologue russe Sergei Lavrov à Genève, Suisse, le 26 août 2016.

La Syrie était en proie aux combats et bombardements mardi, sous les yeux impuissants de la communauté internationale réunie à New York, incapable de mettre fin au conflit qui ravage le pays depuis plus de cinq ans.

La guerre en Syrie monopolise l'Assemblée générale de l'ONU à New York depuis que l'armée du régime de Damas a déclaré lundi la fin du cessez-le-feu instauré une semaine plus tôt par les Etats-Unis et la Russie. Les bombardements ont repris depuis, notamment sur un convoi humanitaire près d'Alep qui a fait une vingtaine de morts et "scandalisé" la communauté internationale.

"Le cessez-le-feu n'est pas mort", a brièvement déclaré M. Kerry en sortant d'une réunion sous haute tension du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS, 23 pays et organisations internationales) présidée par M. Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov.

"C'était une réunion assez dramatique, l'ambiance était lourde. Est-ce qu'il y a encore une chance? Je ne suis pas capable actuellement de répondre à cette question, mais nous devons tout faire pour sauver la trêve", a lancé le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault.

Il a aussi jugé que la "négociation entre les Américains et les Russes a atteint ses limites" et dénoncé "les non-dits" des tractations entre Washington et Moscou.

Mais pour le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, le parrainage Kerry-Lavrov du processus diplomatique sur la Syrie est l'unique carte dont dispose la communauté internationale et il faut le remettre "sur les rails".

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura, qui supervise les négociations politiques entre Damas et l'opposition -- interrompues depuis avril -- a lui aussi estimé que le cessez-le-feu n'était "pas mort".

Appel à la fin des combats

A New York, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a lancé un nouvel appel à "la fin des combats" en Syrie et au "début des négociations" en ouvrant l'Assemblée générale annuelle.

En marge de ces travaux, M. Kerry a ajouté qu'il comptait revoir cette semaine M. Lavrov et d'autres ministres ont évoqué une nouvelle réunion du GISS dans les prochains jours.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki moon a solennellement appelé mardi à "la fin des combats", en ouvrant la grand messe diplomatique annuelle de l'Assemblée générale.

"Nous allons devoir poursuivre le difficile travail de la diplomatie", s'est borné à promettre le président américain Barack Obama, qui quittera le 20 janvier la Maison Blanche en ayant refusé pendant quatre ans toute intervention militaire d'envergure au Moyen Orient.

Un peu plus tôt, une réunion internationale présidée par les Etats-Unis et la Russie, parrains d'un processus diplomatique introuvable, s'était tenue dans un palace new-yorkais, mais sans aucune percée diplomatique.

Malgré la situation dramatique sur le théâtre de guerre, la diplomatie américaine refuse de jeter l'éponge afin de tenter de trouver avec la Russie une porte de sortie diplomatique au conflit.

Raids et barils explosifs

La réunion du GISS a eu lieu alors que les combats font de nouveau rage en Syrie, après que l'armée du régime de Damas eut déclaré lundi la "fin" du cessez-le-feu et repris ses bombardements.

Lundi, un raid meurtrier, dont Moscou et Damas ont démenti être les auteurs, a frappé un convoi d'aide humanitaire près d'Alep (nord), faisant environ vingt morts selon la Croix Rouge.

Cette attaque, qui a "scandalisé" la communauté internationale, a entraîné la suspension des convois d'aide de l'ONU. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière contre un convoi humanitaire depuis le début de la guerre en 2011.

Il s'agit "d'un jour très, très sombre pour les humanitaires en Syrie et dans le monde", a déclaré à Genève le porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Jens Laerke, en demandant une "enquête" sur ce raid.

L'ONU n'a pas indiqué la nationalité des avions ayant mené ces frappes, mais le régime syrien et son allié russe ont nié avec force mardi en être responsables. Pour l'armée russe, la destruction des poids lourds a coïncidé avec "une offensive d'ampleur des rebelles vers Alep". Aucun groupe rebelle syrien ne dispose de force aérienne.

Par ailleurs, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, au moins 27 barils explosifs, l'arme de prédilection du régime de Damas, ont été largués sur Alep dans la matinée de mardi.

Dans la ville et dans la province, au moins 39 civils ont été tués depuis l'annonce par l'armée syrienne de la fin du cessez-le-feu lundi en fin d'après-midi, selon l'ONG syrienne.

L'accord du 9 septembre conclu à Genève entre MM. Kerry et Lavrov, énième tentative d'arrêter la guerre, prévoyait une cessation des hostilités pendant sept jours à compter de lundi dernier, de l'aide humanitaire pour le nord de la Syrie et une collaboration militaire entre Washington et Moscou contre les jihadistes via un centre d'échange d'informations et de coordination. Le texte stipulait aussi que l'aviation syrienne serait clouée au sol pour ne plus aller bombarder l'opposition modérée et les populations civiles.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG