Liens d'accessibilité

La Tchétchénie, petite république russe du Caucase du Nord


Le leader pro-russe de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov.

Le leader pro-russe de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov.

Les deux suspects des attentats du Marathon de Boston sont de la Tchétchénie, qui a été le théâtre de deux conflits sanglants opposant les rebelles séparatistes et le gouvernement russe au cours des deux dernières décennies.

En 1994, le président russe d'alors, Boris Eltsine, a envoyé 100.000 soldats russes en Tchétchénie pour déposer le chef séparatiste de la région, Dzhokhar Doudaïev. Cette intervention militaire avait suscité un conflit de deux ans qui avait coûté la vie à plusieurs milliers de soldats russes et des dizaines de milliers de civils tchétchènes. Doudaïev a été tué dans une frappe aérienne russe en avril 1996.

En 1999, le successeur de Boris Eltsine, le président Vladimir Poutine, est intervenu militairement en Tchétchénie à nouveau, suite à une incursion armée des militants islamistes basés en Tchétchénie dans la région voisine du Daghestan. Le conflit a coûté la vie à au moins 5.000 soldats russes et entre 25.000 et 50.000 civils avaient trouvé la mort.

Dzhokhar A. Tsarnaev, suspect numero 2 des attentats de Boston.

Dzhokhar A. Tsarnaev, suspect numero 2 des attentats de Boston.

Alors que l'insurrection tchétchène était à l’origine essentiellement nationaliste, elle a pris un caractère de plus en plus islamiste au fil des ans.

Le chef de l'aile radicale de l’insurrection, Chamil Bassaïev, a travaillé avec des militants djihadistes internationaux comme Ibn al-Khattab, un ressortissant saoudien ayant des liens étroits avec al-Qaida d'Oussama ben Laden. Al-Khattab, qui avait combattu les troupes soviétiques en Afghanistan dans les années 1980, est allé se battre en Tchétchénie au milieu des années 1990.

En 2002, les militants tchétchènes ont saisi un théâtre dans la capitale russe Moscou, et 129 otages ont été tués lorsque les forces de sécurité ont tenté de les libérer.

En 2004, des militants fidèles à Bassaïev ont saisi une école dans la ville de Beslan en Ossétie du Nord, une autre république russe du Caucase du Nord. Plus de 330 personnes, dont la moitié des enfants, sont tuées dans ce siège.

Toujours en 2004, plusieurs attentats à la bombe qui ont fait des dizaines de morts dans le métro de Moscou ont été attribués aux kamikazes du Caucase du Nord.

Le 24 Août 2004, deux avions de ligne russes ont explosé en plein vol presque simultanément. Les autorités ont dit plus tard que les avions ont été détruits par des bombes déclenchées par deux femmes kamikazes tchétchènes. Et en septembre, Bassaïev a revendiqué la responsabilité de ces attentats.

Bassaïev a été tué en juillet 2006.

Les insurgés islamistes ont été moins actifs en Tchétchénie ces derniers temps, principalement en raison du régime très dur du leader actuel de la Tchétchénie, pro-Moscou, Ramzan Kadyrov. Mais ils continuent de mener des attaques visant la police et d'autres fonctionnaires dans les républiques voisines du Caucase du Nord, y compris le Daghestan, l’Ingouchie et le Kabardino-Balkarie.

Ils ont également continué à frapper des cibles russes à l’extérieur du Caucase du Nord. En janvier 2011, un militant islamiste d'Ingouchie a perpétré un attentat suicide à l'aéroport Domodedovo de Moscou , faisant 37 morts.
XS
SM
MD
LG