Liens d'accessibilité

La Slovénie clôture une partie de sa frontière avec la Croatie


A girl cries as hundreds of migrants wait to cross into Austria from Sentilj, Slovenia, Oct. 29, 2015. In the chaos of migration, children are especially vulnerable to predators. In Germany, a suspect in the death of one boy has confessed to a second slay

A girl cries as hundreds of migrants wait to cross into Austria from Sentilj, Slovenia, Oct. 29, 2015. In the chaos of migration, children are especially vulnerable to predators. In Germany, a suspect in the death of one boy has confessed to a second slay

La Slovénie a commencé à ériger une clôture de barbelés le long de certaines parties de sa frontière avec la Croatie en expliquant vouloir mieux contrôler l'afflux de migrants souhaitant passer par son territoire pour se rendre dans d'autres pays de l'Union européenne.

Depuis la mi-octobre, 180.000 personnes environ sont entrées en Slovénie. Beaucoup viennent d'Afghanistan et de Syrie, deux pays en proie à la guerre civile. La plupart souhaitent se rendre en Autriche et de là, en Allemagne.

Des camions acheminant des barbelés sont arrivés tôt mercredi dans le village de Veliki Obrez, près de la frontière croate. Vers 11h30, environ deux kilomètres de clôture avaient été dressés, a constaté un photographe de Reuters.

Face à l'afflux de migrants, les chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'Union européenne sont réunis à Malte mercredi et jeudi pour un sommet spécial sur la crise migratoire dans l'espoir de pouvoir rapprocher leurs positions.

Le principal point de désaccord porte sur la question des quotas obligatoires visant à répartir les demandeurs d'asile entre les 28 Etats membres. La République tchèque, la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie, qui a fermé sa frontière aux migrants en octobre, sont très opposés au système des quotas.

La Slovénie pour sa part doit faire face à la pression immédiate des migrants. Le Premier ministre, Miro Cerar, a déclaré mardi que le pays, le plus petit sur la route des migrants, n'aurait pas les ressources pour protéger de l'hiver des foules importantes si l'Autriche venait à fermer sa frontière.

MILITAIRES ET POLICIERS

La frontière de la Slovénie avec la Croatie restera ouverte, a déclaré Miro Cerar, mais la clôture empêchera les migrants d'entrer dans le pays hors des points de passage officiels.

La Slovénie n'a pas l'intention de réduire drastiquement l'afflux de migrants, a indiqué le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Bostjan Sefic. "Les barrières n'ont pas pour but d'empêcher les arrivées en Slovénie ou de les réduire de façon importante (...). Leur but est de diriger le flux de migrants vers les points d'entrée contrôlés", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

L'armée slovène a aussi installé 100 mètres de barbelés dans un champ près du village frontalier de Gibina, également dans l'est de la Slovénie, a constaté un cameraman de Reuters.

Aucun migrant n'était visible à aucun des deux endroits, mais un grand nombre de militaires et de policiers s'y trouvaient, notamment pour garder le matériel de chantier.

La Croatie a déclaré mercredi que la décision de la Slovénie n'était pas nécessaire et constituait un gaspillage d'argent.

"Ce serait mieux s'ils construisaient des centres d'accueil, comme nous l'avons fait", a dit à la presse le ministère croate de l'Intérieur, Ranko Ostojic. "Aucun barbelé ne peut empêcher des gens de passer et il vaut mieux organiser ce passage."

La Slovénie a dit cette semaine qu'elle n'avait pas l'intention d'aménager des centres d'accueil de longue durée.

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, plus de 3.000 personnes attendent d'entrer dans un camp de réfugiés à Presevo dans le sud de la Serbie, d'où ils devraient vraisemblablement se rendre en Croatie puis en Slovénie.

En outre, 3.000 personnes étaient attendues en Serbie mercredi, après 9.000 mardi, a déclaré un responsable du HCR à Presevo.

Au total, 175 policiers d'autres Etats de l'UE sont entrés en Slovénie pour renforcer les forces locales. Cent policiers supplémentaires sont attendus dans les 15 jours.

Avec Reuters

XS
SM
MD
LG