Liens d'accessibilité

La Sicile : porte d’entrée de l'Europe pour les migrants africains

  • Nicolas Pinault

Des migrantes attendent de débarquer du bateau espagnol "Rio Segura" qui les a sauvées en Mediterranée, Pozzallo, Sicile, Italie, 7 octobre 2015 (Nicolas Pinault)

Des migrantes attendent de débarquer du bateau espagnol "Rio Segura" qui les a sauvées en Mediterranée, Pozzallo, Sicile, Italie, 7 octobre 2015 (Nicolas Pinault)

L'ile italienne reçoit quotidiennement des centaines de personnes sauvées des eaux par les bateaux de patrouillent européens. Reportage de l’envoyé spécial de VOA Afrique, Nicolas Pinault, sur place.

Un nouveau jour se lève sur la Sicile, un nouveau bateau accoste dans l'un des ports de l'ile. Cette fois, la scène se déroule dans le sud, à Pozzallo.

Le "Rio Segura", bateau de la Guardia civil espagnole, débarque avec son bord plus de 500 migrants, dont près de 90 Somaliens. Une femme, en mauvaise sante, est évacuée la première sur une civière par les secours.

Par crainte des maladies, tous les personnels en contact avec les migrants portent des masques de protection voire des combinaisons. Les témoins de la scène croient revivre une mauvaise répétition de la psychose Ebola qui s'était abattue en Europe en 2014.

Au 9 octobre 2015, selon les derniers chiffres publiés par l'Organisations Internationale pour les migrations (OIM), 3.092 personnes sont mortes en traversant la Méditerranée dont 2.803 vers l'Italie. Cela en fait la portion la plus meurtrière de cette mer qui sépare le Vieux continent de l'Afrique.

Selon Federico Soda, coordinateur de l'OIM pour la Méditerranée à Rome, "environ 90 % des personnes qui arrivent par la mer en Italie partent de Libye", affirme-t-il à VOA Afrique.

Après avoir rencontrés sur le terrain des migrants, des humanitaires et différents employés d’agences européennes, VOA Afrique a pu déterminer les deux corridors migratoires qu’empruntent les migrants dans leur quête de l’Europe : une route ouest-africaine partant du Sénégal, de la Gambie ou du Nigeria. Les candidats au voyage rallient ensuite Bamako-Gao-Niamey-Agadez. Ils traversent ensuite la frontière libyenne et peuvent mettre des semaines avant de rejoindre Tripoli pour embarquer sur des bateaux à destination de la Sicile.

L’autre route migratoire part d’Asmara ou Addis-Abeba. Ceux qui réussissent à passer la frontière soudanaise, remontent jusqu'à Khartoum. Ils prennent alors la route périlleuse du Sahara via le Tchad ou l’Egypte pour gagner le désert libyen. Tripoli est, là aussi, la destination finale avant de s’entasser par centaine dans des embarcations pour traverser la Méditerranée.

A suivre, le prochain récit de Nicolas Pinault depuis la Sicile.

XS
SM
MD
LG