Liens d'accessibilité

La plus grande plantation mondiale de cacao verra-t-elle le jour en en Côte d'Ivoire ?


Stockage du cacao au port d'Abidjan

Stockage du cacao au port d'Abidjan

La société belge KKO International entend lever 9 millions d'euros en bourse à Paris et Bruxelles d'ici à la mi-octobre afin de faire de sa plantation en Côte d'Ivoire la plus vaste du monde.

Via sa filiale Solea, KKO International exploite déjà 1.000 hectares, dont 850 plantés, et se fixe pour objectif d'étendre sa plantation à 3.500 ha dont 3.000 plantés d'ici fin 2017, a indiqué Benoit Villers, administrateur de la holding belge à l'AFP.

"Ce sera la plus grande plantation de cacao dans le monde", a-t-il affirmé, précisant qu'"avec 850 hectares, c'est déjà la première de Côte d'Ivoire".

Avec l'introduction en bourse lancée la semaine dernière, KKO International vise une levée de fonds initiale de près de 9 millions d'euros net, qui seront principalement utilisés pour obtenir de nouveau droits fonciers.

Le développement de Solea repose sur la location en fermage des terres appartenant aux communautés locales. La durée des baux correspond à la durée de vie d'un cacaoyer, de l'ordre de 35 ans. Quand les premières récoltes commenceront à générer des revenus, 5% du chiffre d'affaires sera reversé aux propriétaires.

Dans cette "industrie extrêmement fragmentée", qui compte "4 à 6 millions de petits planteurs dans le monde", ce projet "va redéfinir la géographie du cacao et la façon de produire le cacao", estime M. Villers.

Car Solea veut aussi doper la production des cacaoyers africains, limitée par les saisons sèches qui provoquent un stress hydrique et empêchent l'arbre de produire plus de 6 mois par an.

Avec une variété de semences développée par le Centre national de recherche agronomique (CNRA) ivoirien et l'usage de techniques de "fertigation" (irrigation goutte-à-goutte et ajouts d'engrais solubles), "on augmente très largement les rendements", résume Rémy Allemane, PDG de Solea et administrateur de KKO International.

Une expérimentation au Ghana a permis de récolter l'équivalent de 8 tonnes de fèves à l'hectare, mais "ça n'a jamais été fait à grande échelle sur le territoire ivoirien", tempère-t-il.

D'autres tests ont mis en évidence une augmentation de 10 à 15% de la masse graisseuse des fèves, plus recherchée par les industriels que la matière sèche, donc plus valorisée.

Ces perspectives ont déjà convaincu la plupart des créanciers de KKO International de convertir leurs investissements en actions nouvelles.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG