Liens d'accessibilité

Interpellation d'un suspect "islamiste" après les explosions à Dortmund

  • VOA Afrique

Un homme filme le bus de l'équipe de Dortmund après une explosion qui visait les joueurs, en Allemagne, le 11 avril 2017.

La police allemande a interpellé un suspect de la mouvance "islamiste" dans l'enquête sur l'attaque à l'explosif contre l'équipe de football de Dortmund, a indiqué mercredi la justice, qui pense avoir affaire à un acte "terroriste".

La police a en parallèle considérablement renforcé ses mesures de sécurité en vue des deux rencontres de Ligue des Champions prévues en soirée dans le pays, suite aux explosions qui ont choqué le monde du football.

Tel est le cas d'abord à Dortmund, pour le match contre Monaco reporté de mardi à mercredi 18h45 (16H45 GMT), puis à Munich, où le Bayern reçoit à 20h45 le Real Madrid, dans l'affiche la plus prestigieuse de ces quarts de finale de la ligue des Champions.

L'enquête, a annoncé le parquet anti-terroriste, s'est concentrée dans l'immédiat "sur deux suspects appartenant à la mouvance islamiste".

Motivation "terroriste"

L'un d'eux "a été interpellé" et "les appartements des deux suspects ont été perquisitionnés", a précisé le parquet, en évoquant une motivation islamiste "possible".

Selon un journal de la région de Dortmund, le quotidien Stadt Anzeiger de Cologne, les deux suspects sont un Irakien de 25 ans résidant à Wuppertal et un Allemand de 28 ans habitant à Fröndenberg.

La région autour de Dortmund, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), est connue pour abriter une mouvance islamiste assez importante. Toutefois, les enquêteurs restent d'après le journal très prudents dans l'attente de pouvoir, ou pas, établir une connexion entre les deux hommes et les faits.

Il n'y a plus guère de doute en revanche sur la nature de l'acte.

"Compte tenu des modalités opératoires on peut partir du principe qu'il s'agit d'une attaque à caractère terroriste", a déclaré une représentante du parquet, Frauke Köhler.

Si la piste jihadiste devait se confirmer, elle serait de nature à renforcer l'inquiétude en Allemagne.

La vigilance des forces de sécurité nationales est renforcée depuis plusieurs mois, notamment depuis l'attentat au camion bélier à Berlin en décembre qui a fait 12 morts, dans un contexte de menace jihadiste permanente en Europe notamment.

Une lettre de revendication retrouvée à Dortmund sur les lieux de l'explosion appelle l'Allemagne à cesser de participer avec ses chasseurs Tornados à la lutte de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique.

Les trois engins qui ont détonné mardi soir au passage du bus de l'équipe de Dortmund, blessant un joueur et un policier, avaient une "force explosive" de 100 mètres, a révélé le parquet mercredi.

Ils contenaient des "tiges métalliques", dont l'une a terminé sa course dans le repose-tête d'un siège à l'intérieur du bus, a souligné le parquet, en suggérant que le bilan aurait pu être plus lourd.

La chancelière Angela Merkel s'est dit "horrifiée" par une "attaque répugnante".

En signe de solidarité, son ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière devait se rendre à Dortmund mercredi soir pour assister au match contre Monaco.

Le défenseur espagnol de Dortmund qui a été blessé, Marc Bartra, a eu un poignet fracturé. Il a été opéré avec succès dans la nuit.

"Le football ne doit pas être pris en otage"

Vadim Vasilyev, vice-président de l'AS Monaco, s'est "bien sûr posé la question de jouer" la rencontre reportée de mardi à mercredi à Dortmund après l'attaque à l'explosif du bus du Borussia, mais estime que "le football ne doit pas être pris en otage".

"L'UEFA, le Borussia Dortmund et nous, sommes sur la même ligne", c'est-à-dire jouer ce match de Ligue des champions ce mercredi à 18h45 (16h45 GMT), poursuit le dirigeant dans un communiqué. "Nous allons accompagner nos joueurs pour traverser au mieux cette situation. Le football sera plus fort que ce type d'acte ignoble. Le match va bien avoir lieu ce soir", ajoute-t-il.

Vadim Vasilyev redit "tout (son) soutien et toute (son) amitié au Borussia Dortmund et au joueur qui a été blessé, Marc Bartra". "Ce sont des événements ignobles qu'on aimerait ne jamais connaître", souligne encore le responsable de Monaco.

Le dirigeant veut "également féliciter tous (les) supporters (monégasques) pour leur comportement irréprochable et pour leur soutien". "Nous faisons tout notre possible pour accompagner ceux qui ont souhaité rester cette nuit pour assister au match ce mercredi soir", insiste-t-il encore.

"Il faut également féliciter les supporters allemands pour leur générosité", conclut-il.

"Mesures de sécurité renforcées partout où c'est nécessaire"

L'UEFA, instance de tutelle de la Ligue des champions, est en train de "réévaluer les mesures de sécurité" pour les matches de ce mercredi, afin de les renforcer "partout où c'est nécessaire" après l'attaque à l'explosif du bus du Borussia Dortmund mardi soir.

L'Union européenne du football indique dans un communiqué qu'elle n'a pas eu de "renseignements spécifiques sur une éventuelle menace" pour les matches des quarts de finale de son épreuve reine ce mercredi soir. Mais elle demande aux supporters de se tenir prêts pour d'éventuels "contrôles de sécurité renforcés".

L'UEFA assure enfin de ce court texte que la "sécurité de toux ceux qui assistent à des matches relevant de son autorité est sa priorité".

Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin avait salué mardi soir la décision de reporter le quart de finale aller de Ligue des champions Dortmund-Monaco à mercredi, après l'attaque à l'explosif qui a endommagé le bus du Borussia et blessé l'un des joueurs.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG