Liens d'accessibilité

La Monusco dénonce la violence dans les provinces du Kasaï

  • VOA Afrique

Des Casques bleus patrouillent près de Kananga, dans le Kasaï central, en RDC, le 11 mars 2017.

La Monusco est préoccupée par des rapports du Kasaï faisant état de l’escalade de la violence qui se poursuit et qui donne lieu à de graves violations des droits de l’homme, dénonçant "des victimes civiles de plus en plus nombreuses, la découverte de fosses communes ainsi que le recrutement d’enfants".

"Les violences dans les provinces du Kasaï auraient fait plus de 400 morts et un nombre élevé des éléments des forces de sécurité. Il faut y mettre un terme", a déclaré Maman S. Sidikou, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en RDC et chef de la Monusco dans un communiqué.

"Il est clair qu’il n’y a pas de solution militaire à ces violences. A ce stade, intensifier la réponse militaire ne fera qu’exacerber la violence et mettre davantage les populations civiles en danger", a prévenu Mr. Sidikou.

Le représentant a pointé du doigt le non respect de l'accord du 31 décembre qui, selon lui, est à l'origine des violences de ces dernières semaines.

"Ce n’est pas un fait du hasard que l’escalade des violences ait coïncidé avec l’évolution politique récente à Kinshasa. Pour l’amour du peuple congolais et du pays, j’exhorte toutes les parties à trouver rapidement un compromis qui permette la mise en œuvre totale de l’accord et la tenue des élections pacifiques en décembre", a conclu Mr. Sidikou.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG