Liens d'accessibilité

La mission MMS de la NASA, pour étudier la reconnexion magnétique


Des observatoires de la mission MMS de la NASA, avant leur lancement (AP Photo/NASA, Ben Smegelsky)

Des observatoires de la mission MMS de la NASA, avant leur lancement (AP Photo/NASA, Ben Smegelsky)

La reconnexion magnétique, un processus qui permet de transférer l'énergie magnétique aux particules chargées sous forme de chauffage et d'accélération.

L’agence spatiale américaine, la NASA poursuit le déploiement de la mission « Magnetospheric Multi Scale » (MMS), qui implique quatre satellites. Elle est dédiée à l'étude de la reconnexion magnétique, un processus fondamental qui permet de transférer l'énergie magnétique aux particules chargées sous forme de chauffage et d'accélération.

Les quatre satellites vont occuper une orbite à mi-chemin entre la Terre et la Lune, et resteront relativement proches les uns des autres, se déployant en pyramide. Ils vont procéder à des mesures des particules chargées et des champs électromagnétiques dans la magnétosphère, l'environnement ionisé de la Terre où le mouvement des particules est contrôlé par le champ magnétique terrestre.

De nombreux laboratoires américains, européens et japonais sont impliqués dans la mission MMS de la NASA, notamment deux laboratoires français, signale le CNRS. Parmi les chercheurs, Olivier Le Contel du Laboratoire de physique des plasmas (LPP-CNRS/École polytechnique/UPMC/Université Paris-Sud/Observatoire de Paris).

Le travail des satellites sera d’autant plus important que la reconnexion magnétique peut paralyser les réseaux électriques, mettre hors services des satellites et interrompre les signaux radio et les communications aériennes.

« Le Soleil éjecte en permanence ce qu’on appelle du plasma, c'est-à-dire un gaz ionisé … Lorsqu’il arrive au voisinage de l’environnement terrestre, il est dévié par le champ magnétique terrestre qui constitue une sorte de bouclier » explique M. Le Contel.

« Lors de périodes d’activité solaire très forte, lorsque du plasma est éjecté de la surface du Soleil en quantités beaucoup plus importantes que d’ordinaire. Lorsque ces bulles de plasma sont éjectées en direction de la Terre et qu’elles rentrent en contact avec son champ magnétique, elles vont effectivement fortement le perturber, comprimer cet environnement magnétique de la Terre et produire des courants électriques très intenses … qui peuvent à leur tour produire des perturbations dans les installations électriques terrestres ou conduire aussi à la détérioration de satellites en orbite relativement prochesde la Terre », ajoute le chercheur CNRS.

L’espoir est que grâce aux données qu'ils recueilleront, les scientifiques pourront mieux cerner l’ampleur des éruptions solaires et leur impact sur la Terre. La mission MMS devrait durer deux ans, et coûtera plus d’un milliard de dollars.

XS
SM
MD
LG