Liens d'accessibilité

La Minute éco du 13 mars 2015


Le siège de la Commerzbank à Francfort en Allemagne (AP)

Le siège de la Commerzbank à Francfort en Allemagne (AP)

Commerzbank était accusée aux Etats-Unis d'avoir violé des embargos contre l’Iran et le Soudan et favorisé une fraude comptable concernant le groupe japonais Olympus.

Au Sénégal, le régulateur du secteur télécoms, l'ARTP, a mis en demeure la Sonatel suite à des dysfonctionnements des messageries instantanée Viber et Whatsapp. L'opérateur est exposé à des sanctions pécuniaires. Sonatel, l'opérateur sénégalais, se défend et soutient que ces difficultés d'accès sont dues au succès de ces applications et non à la mauvaise qualité de son réseau.


Les pays africains sont confrontés à un dilemme avec la chute des cours des matières premières : comment continuer de tirer profit de ces matières sans décourager les investisseurs par une fiscalité trop pesante ? La question est à l’ordre du jour à la « Mining Indaba », conférence internationale minière regroupant quelque 7 000 délégués au Cap, en Afrique du Sud. Selon l’AFP, le même thème sera débattu dans une contre-conférence convoquée par les ONGs qui dénoncent le pillage des ressources africaines par les multinationales.

Enfin, la Commerzbank AG a décidé de payer 1,45 milliards de dollars de pénalité aux autorités fédérales américaines et à celles de l’Etat de New York. Ce qui lui permettra d'éviter des poursuites judiciaires pour violation des sanctions imposées par les Etats-Unis à divers pays, dont l’Iran. La banque allemande, qui se tire ainsi d’affaire, a accepté la responsabilité des violations en question et a promis d’instaurer des contrôles internes plus stricts. Des allégations similaires avaient valu, en 2012, à la plus grande banque européenne, la HSBC, 1,9 milliards de dollars d’amendes au Etats-Unis.

XS
SM
MD
LG