Liens d'accessibilité

La Minusma confirme la mort de deux manifestants à Kidal


Un soldat de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma)

Un soldat de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma)

La Mission de l'ONU au Mali fait état de deux civils tués lors d’une manifestation, la veille, contre des arrestations effectuées par la force française Barkhane à Kidal.

Les manifestants protestaient contre des arrestations effectuées par la force française Barkhane, qui traque les jihadistes à travers le Sahel, avaient expliqué une source de sécurité africaine au sein de la Minusma et la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion), dont Kidal est le bastion.

"Deux participants ont perdu la vie, quatre autres ont été blessés suite à des tirs d'origine encore inconnue. La Minusma déplore vivement ces pertes en vies humaines", déclare la mission onusienne dans un communiqué mardi après-midi.

Elle se dit "déterminée à établir les faits" sur ces évènements. "Une commission d'enquête vient d'être mise en place dans ce sens, son travail est actuellement en cours. Ses conclusions devraient permettre d'identifier la provenance des tirs", affirme-t-elle.

Selon elle, lundi "vers 10H00 (locales et GMT), des manifestants, dont certains munis de cocktails Molotov, se sont introduits par effraction sur la piste de l'aéroport" qu'elle sécurise, "saccageant et mettant le feu aux installations sécuritaires".

"La piste d'atterrissage de Kidal est un élément essentiel pour l'approvisionnement de l'aide humanitaire, le soutien aux populations locales, ainsi qu'aux opérations de la Minusma et des forces partenaires", souligne-t-elle, précisant que sa réhabilitation, achevée "en début d'année après de longs mois de travaux", avait nécessité "de lourds investissements financiers".

A Kidal, le calme régnait mardi, malgré des appels lancés dans la nuit pour une nouvelle manifestation mardi devant le camp de l'ONU, selon des habitants joints par téléphone de Bamako. "Mais finalement, rien ne s'est passé", a précisé l'un d'eux.

D'après des habitants, le marché avait normalement ouvert, les rues avaient renoué avec leur animation habituelle.

Un élu de la ville a affirmé que les dégâts causés à l'aéroport lors des violences de lundi ont été "considérables". "Les manifestants ont tout cassé": "les maisons préfabriquées de la Minusma, le générateur, le muret" d'enceinte d'une partie de l'aéroport, "ils ont même volé des fils de poteaux électriques", a-t-il dit.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG