Liens d'accessibilité

La mécanique des effets spéciaux, dévoilée aux élèves


L'épée de Harry Potter, une illusion

L'épée de Harry Potter, une illusion

Des explosions, robots, carambolages de bagnoles, ou encore dans le film « Noah » de Russell Crowe, des milliers d’animaux sauvages affluant vers l’Arche de Noé : les téléspectateurs sont habitués aux effets spéciaux les plus étonnants. Mais ce ne sont que des illusions, rappelle Steve Wolf, cascadeur de profession et expert en effets spéciaux.

Wolf, qui fait carrière à Hollywood depuis une vingtaine d’année, était de passage dans une école élémentaire de Manassas, en Virginie, où il montrait à une bande de gamins comment créer une explosion dans un film. « J’adore l’enthousiasme des gosses », confie-t-il. « J’adore quand ils regardent quelque chose et comprennent, et s’exclament : " Oh, wow, c’est vraiment cool ! " »

Le cascadeur en a vu des vertes et des pas mûres dans ses films. Il a été brûlé vif, on l’a fait sauter. Il crée également des effets spéciaux pour les émissions « America's Most Wanted » et « Law and Order ». Mais à le croire, il n’a jamais mis quiconque en danger, et n’en a couru aucun tout au long de sa carrière – 25 ans déjà.

« Au cinéma, les effets spéciaux sont préparés grâce à la physique et la chimie. Lorsque vous voyez quelque chose qui ressemble à une scène dangereuse dans un film, quelque chose qui prend 10 ou 15 secondes, ce que vous voyez représente en fait 3 à 4 semaines de tournage. On filme par à-coups, et on édite le tout. Donc dans la plupart des cas, la scène à laquelle vous assistez est un montage, elle n’est jamais arrivée », explique M. Wolf.

Pour inciter les jeunes à explorer davantage les sciences, il a fondé « Science in the movies », une société qui fait des présentations dans les établissements scolaires, dévoilant aux jeunes les secrets de Hollywood et de ses cascadeurs. Un incendie, dit-il, doit aller dans une direction spécifique. Les explosions sont contrôlées minutieusement. Un acteur périssant dans les flammes ne s’en est jamais approché. Tout est illusion, prouve-t-il aux enfants. En une heure, ils apprennent une centaine de concepts scientifiques.

Depuis la fondation de « Science in the movies » il y a 20 ans, Wolf a réalisé plus de 4.000 présentations, impliquant le plus souvent les élèves.
XS
SM
MD
LG