Liens d'accessibilité

La Maison Blanche appelle à vacciner contre la rougeole


Selon le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, il est clair que les vaccins protègent contre la rougeole

Selon le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, il est clair que les vaccins protègent contre la rougeole

Plus de 90 des cas du virus ont été signalés en Californie, où les autorités sanitaires ont déterminé qu’une soixantaine de personnes ont contracté la rougeole à Disneyland.

Plus d’une centaine de personnes ont contracté la rougeole aux États-Unis depuis décembre 2014, ce qui a incité la Maison Blanche à inviter les parents à faire vacciner leurs enfants.

La rougeole est une maladie virale grave extrêmement contagieuse. En 1980, avant que la vaccination ne se généralise, on estimait à 2,6 millions par an le nombre de décès dus à la rougeole, rappelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Parmi ses symptômes : des tâches rouges sur la peau, des poussées de fièvre et un nez qui coule. Certes, on ne signale aucun mort pour l’instant, mais on s’inquiète de ce que l’épidémie prenne de l’ampleur.

Pour le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, il est clair que les vaccins offre une protection. Les parents devraient rester diligents, a-t-il dit, et tenir compte des recommandations des services de santé publique en faisant inoculer leurs enfants.

Plus de 90 des cas du virus ont été signalés en Californie, où les autorités sanitaires ont déterminé qu’une soixantaine de personnes ont contracté la rougeole lors d’une visite à Disneyland. Au moins six autres États ont également signalé des cas de rougeole qui, pense-t-on, sont le fruit d’une visite à Disneyland en Californie.

Les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (CDC) affirment que le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est à 97% efficace dans la prévention de la rougeole.

Un nombre important d’Américains choisissent de ne pas faire vacciner leurs enfants. Certains redoutent d’introduire des substances dont ils redoutent qu’elles sont toxiques dans le corps de leurs enfants, ou encore des effets secondaires, dont l’autisme. C’est un mythe, explique le Dr Yves Renaud, médecin à Miami en Floride. Jamais aucun lien n’a été établi entre l’autisme et le moindre vaccin.

La couverture par la vaccination antirougeoleuse systématique a été choisie comme indicateur de la réalisation du 4e objectif du Millénaire pour le développement (OMD 4). Cet objectif consiste à réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans.

XS
SM
MD
LG