Liens d'accessibilité

Le Royaume-Uni secoué par une autre démission dans le camp pro-brexit


Le leader du parti indépendant Nigel Farage, à gauche, avec le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles, Belgique, le 28 juin 2016.

Le leader du parti indépendant Nigel Farage, à gauche, avec le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles, Belgique, le 28 juin 2016.

Un nouveau coup de théâtre a secoué lundi la vie politique britannique avec l'annonce par Nigel Farage de sa démission de la tête du parti europhobe et anti-immigration Ukip, maintenant qu'il a accompli sa mission: sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne.

"Mon objectif de sortir de l'UE est atteint (...) j'ai accompli ma mission", a déclaré l'ancien trader de 52 ans lors d'une conférence de presse, ajoutant qu'il quittait donc la tête de l'Ukip.

"Pendant la campagne du référendum, j'ai déclaré que je voulais récupérer mon pays. Maintenant, je dis que je veux récupérer ma vie", a ajouté cet europhobe de toujours qui a mené une campagne acharnée et controversée pour quitter l'UE. En particulier une affiche de campagne montrant une colonne de réfugiés barrée du commentaire "Point de rupture" avait choqué jusque dans les rangs pro-Brexit.

Nigel Farage, qui a cofondé l'Ukip en 1993, avait déjà démissionné de la tête du parti en 2009 puis en 2015 mais avait finalement choisi de remettre le pied à l'étrier.

"Je suis venu du monde des affaires parce que je pensais que notre nation devait s'autogouverner. Je n'ai jamais été et n'ai jamais souhaité être un homme politique de carrière", a affirmé celui qui est député européen depuis 1999.

"Je vais continuer à soutenir le parti, à soutenir son nouveau leader, je vais observer de très près le processus de négociation à Bruxelles et intervenir de temps en temps au Parlement européen", a-t-il poursuivi.

"Des jours meilleurs" pour l'Ukip

Dans un communiqué, Nigel Farage a également estimé que l'Ukip pouvait encore "connaître des jours meilleurs" au cours des tumultueux mois qui s'annoncent pour le pays et le nouveau Premier ministre qui sera désigné le 9 septembre.

Le nouveau leader de l'Ukip devrait quant à lui être connu avant le congrès du parti en septembre.

Face aux incertitudes qui pèsent sur l'économie du pays, le ministre des Finances George Osborne a fait un nouveau geste en direction des entreprises en annonçant lundi sa volonté de réduire de manière drastique l'impôt sur les sociétés. Il n'a cependant pas donné de calendrier pour cette mesure alors que sa présence dans le futur gouvernement conservateur reste incertaine.

Parmi les cinq candidats à la succession de David Cameron, Andrea Leadsom, la Secrétaire d'Etat à l'Energie, âgée de 53 ans, pro-Brexit mais qui souffre d'un manque de notoriété, va tenter d'y remédier en prononçant son premier discours de candidate en fin de matinée à Westminster.

L'ancien secrétaire d'État à la Défense Liam Fox, également candidat, fera de même à 11H00 GMT.

Après le ministre de la Défense Michael Fallon dimanche, la ministre de l'Intérieur Theresa May a quant a elle bénéficié lundi du soutien du ministre des Affaires étrangères, Philip Hammond qui a salué sa "détermination à défendre les intérêts acquis".

Nigel Farage a défendu lundi la nomination d'un Premier ministre issu des rangs pro-Brexit, ce qui n'est pas le cas de Mme May ni de Stefan Crabb. Mais il s'est refusé à donner sa préférence

"Je ne vais condamner personne en offrant mon soutien maintenant", a-t-il plaisanté.

Le ministre de la Justice Michael Gove a lui rendu publique sa déclaration d'impôts, une démarche qui met la pression sur quatreautres pour qu'ils en fassent de même.

Après désignation des deux finalistes au poste de Premier ministre le 12 juillet par les députés conservateurs, il reviendra aux quelque 150.000 militants conservateurs de se prononcer durant l'été, avant une annonce le 9 septembre.

Voulant croire que le référendum n'était pas contraignant, le cabinet d'avocats Mishcon de Reya a fait savoir dimanche qu'il entendait demander un vote des parlementaires avant que soit enclenchée la procédure de sortie de l'UE.

"Pour l'actuel ou le prochain Premier ministre, il est illégal d'invoquer l'article 50 sans l'approbation du Parlement", a déclaré l'un de ses membres, Kasra Nouroozi.
Avec AFP

XS
SM
MD
LG