Liens d'accessibilité

La Finlande et la Russie ferment la route de l'Arctique aux migrants


Un garçon migrant montre une bannière disant qu'il veut se rendre en Allemagne plutôt que dans des camps mis en place par la Turquie, lors d'une manifestation à Idomeni en Grèce, exigeant l'ouverture de la frontière entre la Grèce et la Macédoine, le 23 Mars 2016 (AP Photo/Darko Vojinovic)

Un garçon migrant montre une bannière disant qu'il veut se rendre en Allemagne plutôt que dans des camps mis en place par la Turquie, lors d'une manifestation à Idomeni en Grèce, exigeant l'ouverture de la frontière entre la Grèce et la Macédoine, le 23 Mars 2016 (AP Photo/Darko Vojinovic)

La Finlande a annoncé avoir signé avec la Russie un accord pour interdire le franchissement de leur frontière septentrionale aux migrants, lesquels voient ainsi se refermer la route de l'Arctique vers l'espace Schengen.

"Seuls les ressortissants de Finlande, de Russie et du Bélarus (...) pourront franchir la frontière aux postes de Salla et Raja-Jooseppi dans le nord de la Finlande", a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

"L'objectif de ces restrictions est de lutter contre l'immigration illégale organisée", a-t-il ajouté.

Annoncé au lendemain d'un entretien entre les présidents Sauli Niinisto et Vladimir Poutine à Moscou, cet accord valable six mois entrera en vigueur dès que ses modalités juridiques seront validées dans les deux pays.

Plus de 1.700 demandeurs d'asile, en majorité afghans et syriens, sont entrés dans l'espace Schengen via les deux postes-frontières concernés au cours des quatre derniers mois.

La Finlande, pays de 5,4 millions d'habitants, a accueilli 32.000 demandeurs d'asile l'an dernier.

La Laponie finlandaise a vu arriver en début d'année des candidats à l'asile qui n'étaient plus autorisés à franchir la frontière entre la Norvège et la Russie, un peu plus au nord.

En 2015, environ 5.500 personnes ont emprunté la difficile voie de l'Arctique en direction la Norvège. Le flux s'était tari en décembre après que le royaume scandinave eut interdit les entrées sur son territoire de migrants ayant légalement vécu en Russie ou transité via ce pays, et commencé à renvoyer les personnes dans ce cas.

Critiquée par des ONG et le Haut-Commissariat pour les réfugiés pour avoir abandonné à leur sort dans l'Arctique russe, par des températures polaires, des migrants aux faibles ressources, dont des demandeurs d'asile légitimes, la Norvège a renoncé depuis fin janvier à ces expulsions.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG