Liens d'accessibilité

La Fédération américaine exige de ses joueurs le respect de l'hymne


La joueuse Megan Rapinoe, à gauche, lors d'un match à Vancouver, Canada, le 5 juillet 2015.

La Fédération américaine de football (US Soccer) a dévoilé un nouvel article de son règlement intérieur obligeant les internationaux à respecter l'hymne américain, boycotté en 2016 par de nombreux sportifs protestant ainsi contre des bavures policières visant la communauté noire.

"Toutes les personnes représentant la Fédération américaine lors d'un match, doivent être debout et écouter respectueusement l'hymne américain", indique le texte d'US Soccer qui a fait son annonce peu avant le coup d'envoi opposant l'équipe féminine des Etats-Unis à l'Angleterre dans le cadre de la SheBelieves Cup, un tournoi amical.

Il y a six mois, l'internationale Megan Rapinoe avait boycotté l'hymne américain en posant un genou à terre avant le match amical entre son équipe et la Thaïlande (9-0) à Columbus (Ohio).

Elle avait déjà fait ce geste lors d'un match de son club, Chicago, le 4 septembre dernier.

USA avait critiqué l'attitude de Rapinoe, l'un de ses joueuses les plus expérimentées, sacrée championne olympique en 2012 et championne du monde en 2015.

Rapinoe avait voulu apporter son soutien à Colin Kaepernick, quarterback des San Francisco 49ers, au coeur d'une polémique nationale pour avoir refusé de se lever pendant l'hymne américain, avant les matches de la Ligue nationale de football américain (NFL).

Son boycott, pour protester contre l'oppression dont sont victimes selon lui les Noirs aux Etats-Unis, a fait tache d'huile au sein de la NFL et dans tous les niveaux du football américain, dans les Championnats lycéens et universitaires notamment.

Le mouvement a depuis perdu de sa vigueur et Kaepernick a indiqué qu'il devrait cesser son boycott lorsque la saison NFL reprendra en septembre prochain.

Trump devrait signer lundi son nouveau décret migratoire (média)

Le président américain Donald Trump devrait signer lundi une nouvelle version de son décret sur l'immigration, suspendu par la justice après avoir suscité une énorme controverse et semé le chaos dans les aéroports, selon un média américain.

Le président signera le nouveau décret au département de la Sécurité intérieure, selon Politico, citant de hauts responsables du gouvernement.

Il n'était pas possible de savoir quels changements Donald Trump a prévu d'introduire dans le nouveau texte, selon cette publication spécialisée dans l'information politique.

Le décret du 27 janvier interdisait l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane pendant 90 jours, celle de tous les réfugiés pendant 120 jours, et celle des réfugiés syriens d'une manière permanente.

Suscitant l'indignation dans le monde entier et une vague de protestation aux Etats-Unis, le décret avait entraîné le chaos dans les aéroports.

M. Trump a essuyé deux revers judiciaires sur son décret du 27 janvier: le 3 février, un juge de Seattle (nord-ouest) en a bloqué l'application. Le 9 février, la cour d'appel de San Francisco (ouest) a maintenu cette suspension.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG