Liens d'accessibilité

La défaite du M23, saluée


Des enfants jouant sur un tank abandonné par le M23

Des enfants jouant sur un tank abandonné par le M23

L’envoyé spécial des Etats-Unis en République démocratique du Congo (RDC), Russ Feingold a salué la fin de la rébellion du M23, défait militairement cette semaine par l’armée congolaise soutenue par la mission de l'ONU pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO). Mais il a rappelé, comme la plupart des médiateurs dans la crise congolaise, qu’il reste à désarmer bien d’autres groupes actifs dans l’est du pays, et qu’il faut poursuivre le dialogue politique.
L'émissaire spécial américain Russ Feingold

L'émissaire spécial américain Russ Feingold


Lors d'un briefing, M. Feingold s'est par ailleurs félicité " des niveaux d'attention diplomatique soutenue, de concert avec les efforts des États-Unis, qui sont sans précédent" pour mettre fin au conflit dans l'Est de la RDC. " Et ce qui est vraiment frappant, c'est que nous sommes là tout le temps. Ce n'est pas comme si nous avons une réunion à New York ou nous allons à l'Afrique de temps en temps. Les dirigeants, en particulier les participants aux pourparlers Kampala, ont remarqué que nous étions toujours là, même à 2 ou 3 heures du matin parfois, pour observer la procédure'', a poursuivi l'émissaire américain.

''Je crois que tout cela, y compris, bien sûr, les appels téléphoniques du secrétaire d'Etat Kerry, étaient utiles pour faire comprendre qu'on ne s'en irait pas jusqu'à ce que le problème soit résolu'', a fait valoir M. Feingold.

Dans le même temps, le Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU) a tenu une réunion sur les nouveaux développements dans l'est de la RDC.

Les accords-cadre d’Addis Abeba devraient ainsi reprendre le devant de la scène, alors que les discussions de Kampala n’ont plus aucune raison d’être, estime de son côté Thierry Vircoulon, directeur pour l’Afrique centrale à l’International Crisis Group (ICG).


« Il y a une défaite totale du M23 », explique M. Vircoulon. « Donc une partie du leadership a traversé la frontière. On voit difficilement ce qu’il y aurait à signer avec le M23 », a-t-il ajouté. Le mouvement étant défait militairement, il n’y a pas lieu de négocier, d’autant qu’avant d’être un échec militaire, il avait été également un échec politique.

« Je ne pense pas qu’on soit sur le point de signer quelque chose à Kampala qui serait purement symbolique » a estimé le responsable de l’ICG. « Par ailleurs j’ai entendu dire qu’on avait trouvé, sans doute, des fosses communes dans des zones qui étaient sous contrôle du M23, qui tendraient à faire penser qu’il pourrait y avoir des suites judiciaires pour le leadership du M23 » a averti M. Vircoulon.
XS
SM
MD
LG