Liens d'accessibilité

La CPI ouvre sa première enquête sur un conflit non africain


Le siège officiel de la Cour pénale internationale (CPI) est situé à La Haye, aux Pays-Bas.

Le siège officiel de la Cour pénale internationale (CPI) est situé à La Haye, aux Pays-Bas.

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont autorisé mercredi la procureure à enquêter sur la guerre éclair d'août 2008 ayant opposé la Russie à la Géorgie pour le contrôle de l'Ossétie du Sud, a annoncé la Cour.

Cette dernière ouvre à cette occasion sa première enquête sur des crimes présumés commis par des forces russes, et sa première enquête sur un conflit non africain.

La procureure Fatou Bensouda avait demandé en octobre l'autorisation d'ouvrir une enquête, affirmant avoir des preuves que des crimes contre l'humanité et crimes de guerre avaient été commis.

"La Chambre a fait droit à la demande du procureur d'ouvrir une enquête sur la situation en Géorgie", a indiqué la CPI dans un communiqué.

Les juges ont estimé qu'"il y a une base raisonnable de croire" que des crimes incluant des meurtres, persécutions, déplacements forcés de population et pillages, ont été commis entre le 1er juillet et le 10 octobre 2008.

La Russie et la Géorgie s'étaient affrontées pendant 5 jours en août 2008 dans une guerre éclair, qui s'est soldée par une victoire russe, pour le contrôle de l'Ossétie du Sud, un territoire géorgien séparatiste soutenu par Moscou.

Le Kremlin avait ensuite reconnu l'indépendance de ce territoire.

Le conflit a fait plusieurs centaines de morts et plus de 120.000 déplacés, selon un bilan d'août 2008 du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

Selon le bureau du procureur, la population d'origine géorgienne dans cette zone "a été réduite d'au moins 75%".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG