Liens d'accessibilité

La Cour constitutionnelle gabonaise sous pression maximale pour trouver une issue à la crise électorale


Marie-Madeleine Mborantsuo, à droite, salue la présidente de la Corée du sud à Séoul, le 26 février 2013.

Marie-Madeleine Mborantsuo, à droite, salue la présidente de la Corée du sud à Séoul, le 26 février 2013.

Le dénouement de la crise post-électorale qui secoue le Gabon repose désormais sur la Cour constitutionnelle et son influente présidente, Marie-Madeleine Mborantsuo, sous haute pression pour valider ou non les résultats provisoires donnant le président sortant Ali Bongo Ondimba vainqueur.

"L'avenir du pays est entre ses mains", affirment aujourd'hui en coeur journaux et Gabonais de tous bords politiques, qui retiennent leur souffle en attendant le verdict de la Cour, attendu au plus tard le 23 septembre.

La "Tour de Pise", comme la surnomme l'opposition, penchera-t-elle une nouvelle fois du côté du pouvoir pour mettre fin au bras de fer entre Ali Bongo et son rival, l'ex-baron du régime Jean Ping qui revendique lui aussi la victoire ?

En 2009, l'institution avait rejeté les 11 requêtes en annulation introduites par le principal opposant d'alors, André Mba Obame, et validé l'élection de M. Bongo qui a succédé à son défunt père Omar, resté 41 ans au pouvoir.

"Sans illusion" et malgré de fortes réticences internes, le camp Ping a déposé le 8 septembre un recours pour demander un nouveau décompte des voix dans la province du Haut-Ogooué (sud-est), comme le réclamait de la communauté internationale, favorable à la "voie légaliste" pour sortir le pays de l'impasse.

C'est le fief familial de la famille Bongo, où le président a obtenu plus de 95% des voix avec un taux de participation proche de 100%, qui lui a permis de remporter la victoire d'une très courte tête (moins de 6.000 voix).

Au coeur de la tourmente, un nom est désormais sur toutes les lèvres: Marie-Madeleine Mborantsuo, aussi surnommée "3M", l'indéboulonnable présidente de la Cour constitutionnelle depuis plus de 20 ans, qui est régulièrement accusée par l'opposition de collusion avec le pouvoir.

A 61 ans, elle cumule les titres - magistrat hors hiérarchie, commandeur de la légion d'honneur française - et les diplômes - DEA en droit constitutionnel de l'Université Paris II Panthéon Sorbonne, doctorat en droit à Aix en Provence.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG