Liens d'accessibilité

Bataille juridique autour du droit à l’avortement au Texas


Des militants contre l'IVG devant la Cour suprême des Etats-Unis (AP)

Des militants contre l'IVG devant la Cour suprême des Etats-Unis (AP)

La Cour suprême des États-Unis a bloqué mardi une loi jugée restrictive concernant le droit à l’avortement dans l’état du Texas. Les groupes de défense du droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) affirmaient que cette législation forcerait quasiment toutes les cliniques de l’Etat à mettre la clé sous la porte.

La Haute Cour a suspendu la mesure qui obligeait toutes les cliniques pratiquant l’IVG à avoir les mêmes normes de construction des blocs opératoires que les hôpitaux. Si la loi était restée en vigueur, seuls huit centres médicaux de l’Etat auraient pu continuer à le pratiquer. La législation, qui avait été adoptée en juillet 2013 par la législature du Texas, à majorité républicaine, interdisait également les IVG au-delà de vingt semaines de grossesse. Elle devait prendre effet le 1er septembre 2014.

« Les treize cliniques déjà fermées vont pouvoir rouvrir et (…) les femmes désirant interrompre leur grossesse », s'est félicitée dans un communiqué la présidente du Centre pour les droits reproductifs.
Les militants contre le droit à l'IVG affirment eux qu’ils déposeront d’autres recours pour contrer à nouveau cette loi.

L'avortement est légal aux Etats-Unis depuis l’arrêt rendu par la Cour suprême en 1973 dans le cas « Roe v. Wade ». Mais beaucoup d'Etats ont adopté depuis des restrictions qui rendent difficiles l’application de ce droit.


XS
SM
MD
LG