Liens d'accessibilité

La Côte d'Ivoire remporte la CAN 2015


Les Ivoiriens Gervinho et Serge Aurier lors de la qualification face aux Algériens.

Les Ivoiriens Gervinho et Serge Aurier lors de la qualification face aux Algériens.

Les Éléphants ont mis fin à vingt-trois ans de disette en battant le Ghana aux tirs au but.

Les Eléphants tiennent leur revanche ! Après deux finales perdues aux tirs au but (2006 et 2012), la Côte d'Ivoire a remporté sa deuxième Coupe d'Afrique des nations en battant le Ghana dans ce cruel exercice (0-0 a.p., 9-8 t.a.b.) en finale de l'édition 2015, dimanche à Bata.

Ironie du sort, c'est sans leur légende Drogba, absente d'une CAN pour la première fois depuis des lustres, que les Eléphants ont enfin décroché le titre continental, leur second seulement après celui de 1992 glané déjà aux tirs au but face au Ghana.

Leur sélectionneur Hervé Renard, premier Français à signer cet exploit, entre dans l'histoire en gagnant sa deuxième Coupe d'Afrique, après 2012 avec la Zambie, et déjà aux tirs au but. Son homologue Avram Grant, novice en CAN, peut en revanche maudire les tirs au but après son échec en finale de la Ligue des champions avec Chelsea en 2008.

Et c'est cruel pour les Black Stars, monstrueux de régularité en étant présents dans le dernier carré des cinq dernières éditions, et qui repartent donc encore une fois sans leur cinquième trophée convoité (après 1963, 1965, 1978 et 1982). Andre Ayew, sans doute le meilleur Ghanéen du tournoi, ne pouvait réprimer ses pleurs au terme de la séance fatidique, inconsolable.

Si le match a été terne, la séance de penalties finaux fut spectaculaire : les deux premiers tireurs ivoiriens ont échoué (Bony et Tallo), le Ghana menait 2-0 grâce à Wakaso et Jordan Ayew, puis les Eléphants ont égalisé par Aurier et Doumbia alors que les Ghanéens Acquah et Archeampong rataient !

Puis, bluff ou pas, le gardien ivoirien Barry se disait victime de crampes avant le 5e tir ! Les capitaines Andre Ayew et Yaya Touré marquaient et on allait à la mort subite.

Et c'est le duel entre gardiens qui a tranché, quand l'Ivoirien Barry a arrêté le tir de son homologue Razak Braimah, et réussissait le sien. Une belle revanche, un clin d'oeil du destin pour le portier des Eléphants qui avait dû s'incliner en 2006 et 2012, et qui n'a joué la finale dominical que parce que le titulaire habituel Gbohouo s'est blessé !

Avec AFP

XS
SM
MD
LG