Liens d'accessibilité

La Côte d'Ivoire accueille un quatrième opérateur de téléphonie mobile


Une femme parle au téléphone dans un marché dans le quartier d'Abobo à Abidjan, en Côte d'Ivoire, le 17 avril 2011.

Une femme parle au téléphone dans un marché dans le quartier d'Abobo à Abidjan, en Côte d'Ivoire, le 17 avril 2011.

L'entreprise libyenne LPTCI sera le quatrième opérateur de téléphonie mobile actif en Côte d'Ivoire, où le marché a atteint près "de 100% de taux de pénétration", selon le gouvernement ivoirien.

Le conseil des ministres a "approuvé le choix de ce quatrième opérateur et autorisé le gouvernement à finaliser le processus d'attribution de la quatrième licence de téléphonie mobile" a déclaré le ministre de l'Economie numérique, Bruno Koné, à l'issue du conseil.

"Le processus (...) a abouti au choix de l'entreprise libyenne LPTIC, qui opère déjà dans plusieurs entreprises TIC(Technologie de l'information et de la communication) ailleurs dans le monde", a poursuivi M. Koné, également porte-parole du gouvernement.

En avril, quatre petites compagnies de téléphonie mobile qui ne représentaient que moins de 5% du marché, sur les sept que compte le pays, ont perdu leurs licences d'exploitation faute d'avoir payé l'Etat.

Actuellement le groupe français Orange, le sud-africain MTN et le groupe ivoiro-saoudien Atlantique Télécom, sont les principaux opérateurs de téléphonie sur le marché ivoirien.

En Côte d'Ivoire, première puissance économique d'Afrique francophone, le nombre d'abonnés de la téléphonie mobile est passé de 16 millions à près de 25 millions en trois ans, de 2012 à 2015. Pendant cette période, le nombre d'abonnés à internet a explosé, passant de 200.000 à huit millions.

MTN et Orange ont renouvelé en décembre 2015 leur licence d'exploitation de téléphonie mobile pour 15 ans, en versant respectivement des acomptes de 75 milliards de FCFA (115 millions d'euros) et 50 milliards de FCFA (76 millions d'euros) à l'Etat ivoirien sur les 100 milliards (150 millions) exigés.

La téléphonie mobile représente 8% du PIB ivoirien et le secteur est l'un des plus gros employeurs du pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG