Liens d'accessibilité

La Corée du Nord prépare ses missiles pour frapper les Etats-Unis


photo du leader nord-coréen, Kim Jong-Un (KCNA)

photo du leader nord-coréen, Kim Jong-Un (KCNA)

L'ordre, diffusé lors d'une réunion d'urgence pendant la nuit avec les hauts commandants de l'armée, répond aux vols des B-2, capables de transporter des armes nucléaires, lors des manoeuvres conjointes américano-sud-coréennes qui se déroulent actuellement, a déclaré le dirigeant nord-coréen. Kim Jong-Un.

En cas de provocation "téméraire" des Américains, les forces nord-coréennes "devront frapper sans pitié le continent américain, les bases militaires du Pacifique, y compris Hawaï et Guam, et celles qui se trouvent en Corée du Sud", a déclaré Kim, selon des propos rapportés par l'agence officielle KCNA.

Le Nord ne dispose pas de la technologie permettant de tirer des missiles sur des cibles aussi lointaines, estiment la majorité des experts. Selon une source militaire sud-coréenne anonyme, citée par l'agence sud-coréenne Yonhap, "une nette hausse" des mouvements de véhicules et de personnes a été détectée sur les sites de lancement de missiles côté nord-coréen.

La veille, les Etats-Unis ont annoncé que deux bombardiers furtifs B-2 avaient survolé la Corée du Sud, lors de sessions d'entraînement, soulignant ainsi l'engagement américain aux côtés de son allié, la Corée du Sud, en cette période de tensions accrues sur la péninsule. Kim Jong-Un a estimé que les vols des bombardiers étaient bien plus qu'une simple démonstration de force et qu'ils équivalaient à un "ultimatum montrant qu'ils voulaient déclencher à tout prix une guerre nucléaire".

La Russie a mis en garde contre des "actions unilatérales" en Corée du Nord.

"Nous pouvons perdre le contrôle de la situation, elle s'engage dans la spirale d'un cercle vicieux", a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG