Liens d'accessibilité

La Corée du Nord aurait piraté des mails de responsables sud-coréens


Obama : les Etats-Unis restent fidèles à leur engagement de défendre la Corée du Sud

Obama : les Etats-Unis restent fidèles à leur engagement de défendre la Corée du Sud

Le parquet de Séoul soupçonne la Corée du Nord d'avoir piraté des comptes mails de dizaines de responsables sud-coréens cette année, la dernière d'une série de cyber-attaques attribuées à Pyongyang, rapporte lundi l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Les investigations ont montré que 56 personnes, parmi lesquelles des responsables aux ministères des Affaires étrangères, de la Défense et de l'Unification, se sont fait voler le mot de passe de leur compte mail par "un groupe lié à la Corée du Nord", ajoute Yonhap, citant le Bureau suprême du parquet sud-coréen.

Aucun représentant du parquet n'a pu être contacté par l'AFP pour réagir.

Selon Yonhap, les pirates ont créé 27 sites de phishing (hameçonnage, technique visant entre autres à obtenir les données personnelles des victimes) en utilisant un serveur d'hébergement gratuit en janvier. Ces sites étaient présentés comme des portails web exploités par le ministère de la Défense, des universités et des sociétés liés à la Défense, afin de dérober les mots de passe, selon la même source.

Une enquête est toujours en cours afin de vérifier si des informations confidentielles ont été divulguées.

Ces informations interviennent quelques jours après que la police sud-coréenne a indiqué que la Corée du Nord avait dérobé les données personnelles de plus de 10 millions de clients du centre commercial sud-coréen en ligne Interpark.

Jeudi, l'Agence nationale de la police sud-coréenne a indiqué que la principale agence d'espionnage du Nord le Bureau Général de Reconnaissance était à l'origine de l'attaque dans laquelle les mêmes codes et numéros d'identification d'adresses internet utilisées précédemment par la Corée du Nord pour des attaques en ligne.

Les tensions entre les deux îles de la péninsule coréenne sont élevées depuis que Pyongyang a procédé à son quatrième test nucléaire en janvier, suivi par une série de tests de missiles balistiques.

Brésil : la belle-mère du patron de la F1 Ecclestone secourue après huit jours de captivité

La police de la mégapole brésilienne Sao Paulo a annoncé qu'elle était parvenue dimanche à secourir la belle-mère du patron de la Formule 1, le Britannique Bernie Ecclestone, qui avait été kidnappée il y a huit jours.

La Brésilienne Aparecida Schunck Flosi Palmeira, 67 ans, a recouvré la liberté lorsque les agents ont fait irruption dans une maison où elle était retenue contre son gré à Cotia, une ville de la région métropolitaine de Sao Paulo.

"La division antiterroriste de la police civile a libéré dimanche soir la belle-mère de Bernie Ecclestone. Elle est saine et sauve. Deux hommes ont été arrêtés à l'endroit où elle était détenue dans la ville de Cotia", a déclaré la police de l'Etat de Sao Paulo dans un bref communiqué.

Aparecida Schunck Flosi Palmeira est la mère de Fabiana Flosi, 38 ans, qui a rencontré le milliardaire Ecclestone, 85 ans, quand elle travaillait dans l'organisation du Grand Prix d'Interlagos à Sao Paulo, en 2009.

Le couple s'est marié en Suisse et vit à Londres.

La belle-mère de M. Ecclestone avait été kidnappée il y a un peu plus d'une semaine chez elle dans le quartier huppé de Jardin Santa Helena à Interlagos par un groupe d'hommes qui s'étaient fait passer pour des livreurs, avaient raconté des voisins à l'AFP.

Une porte-parole de M. Ecclestone à Londres s'était refusée à tout commentaire.

Selon TV Globo, les ravisseurs présumés étaient en contact avec la famille. D'après l'hebdomadaire Veja ils auraient exigé le paiement en espèces d'une rançon en livres Sterling d'un montant de 120 millions de réais (36 millions de dollars).

Après l'annonce de la libération, le quotidien O Estado de Sao Paulo a affirmé qu'aucun versement de rançon n'avait eu lieu.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG