Liens d'accessibilité

La Bulgarie exhorte l'Europe de l'est à plus de solidarité


Membres de l'UE depuis 2007, la Roumanie et la Bulgarie se sont vu barrer en 2011 l'accès à la zone Schengen par certains Etats, notamment les Pays-Bas.

Membres de l'UE depuis 2007, la Roumanie et la Bulgarie se sont vu barrer en 2011 l'accès à la zone Schengen par certains Etats, notamment les Pays-Bas.

La Bulgarie a appelé jeudi les autres pays d'Europe de l'est qui refusent le plan européen de partage de réfugiés à plus de "solidarité" tout en réaffirmant son engagement à accueillir le quota de migrants prévu par ce système de répartition.

Dans un entretien à l'AFP, le Premier ministre bulgare Boïko Borissov a souligné que la solidarité ne pouvait pas être à sens unique pour "les pays qui, comme nous, comptent sur la solidarité européenne" en matière de fonds structurels.

"Nous sommes heureux quand de l'argent est versé" pour le développement des Etats les plus pauvres de l'UE mais en retour, quand les pays les plus riches "ont un problème parce que le flux migratoire se dirige chez eux, nous aussi devons faire preuve de solidarité et d'entraide", a insisté le dirigeant bulgare, à la tête depuis 2014 d'une coalition de partis conservateurs.

La crise des réfugiés a fait apparaître une fracture entre les pays d'Europe de l'ouest promoteurs d'une répartition des demandeurs d'asile au sein de l'UE et plusieurs pays d'Europe centrale, comme la Hongrie, la Slovaquie la Pologne, qui rejettent ce mécanisme adopté à l'automne 2015.

La Bulgarie se distingue de ces anciens pays du bloc communiste en affirmant sa volonté de remplir sa part du contrat. Un quota d'accueil de 1.200 migrants lui a été attribué.

"Qu'ils soient 1.200 ou même 2.000, nous avons pris l'engagement de les accueillir", a assuré le Premier ministre qui anticipe cependant une difficulté de taille: les réfugiés "veulent aller en Autriche ou dans d'autres pays, ils ne veulent pas rester en Bulgarie", pays le plus pauvre de l'Union européenne.

"Faut-il faire une prison pour les retenir ? Deux Irakiens sont venus (dans le cadre de la répartition, ndlr) et l'un s'est enfui", a affirmé M. Borissov.

Le Premier ministre ne s'est toutefois pas montré très enthousiaste sur l'amende de 250.000 euros, proposée par la Commission européenne pour chaque demandeur d'asile refusé par un Etat membre dans le cadre d'un futur système automatique de répartition des réfugiés.

"Au lieu de lancer des anathèmes pour dire qu'il y aura des amendes ou autre chose pour ceux qui n'acceptent pas de migrants, il est grand temps que nous trouvions des mécanismes pratiques de travail", a plaidé M. Borissov.

La Hongrie avait qualifié mercredi ce projet de sanction financière de "chantage" et d'"impasse".

Alors que la Bulgarie craint de devenir un axe majeur de transit des migrants depuis la fermeture de la route des Balkans de l'ouest, rien n'indique à ce stade, selon le Premier ministre, une hausse de la pression migratoire dans ce pays qui a 269 kilomètres de frontière avec la Turquie et 460 km avec la Grèce.

"Aujourd'hui la Bulgarie protège très bien les frontières de l'espace Schengen", dont elle ne fait pourtant pas partie, a souligné le Premier ministre regrettant cette situation.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG