Liens d'accessibilité

L'Unicef reprend son aide dans le nord-est du Nigeria après une attaque de Boko Haram


Un employé de l'UNICEF sensibilise sur la maladie du virus Ebola (EVD), avril 2014 .

Un employé de l'UNICEF sensibilise sur la maladie du virus Ebola (EVD), avril 2014 .

L'Unicef a annoncé la reprise de son aide à des millions d'enfants victimes de l'insurrection de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria malgré l'attaque cette semaine d'un de ses convois par les insurgés islamistes.

Le groupe s'en est pris pour la première fois à un convoi humanitaire international en attaquant jeudi des employés de l'Unicef, le fonds de l'ONU pour l'enfance, du FNUAP, le fonds des Nations unies pour la population, et de l'OIM, l'Organisation internationale pour les migrations, qui revenaient de Barma, amenant l'Unicef à suspendre ses opérations. Un employé de l'Unicef et un contractuel de l'OIM ont été blessés, ainsi que deux soldats nigérians.

"Nous sommes au travail à pleine capacité à Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno", l'épicentre de l'insurrection islamiste qui dure depuis sept ans, a déclaré le représentant de l'Unicef au Nigeria, Jean Gough, dans un communiqué publié vendredi soir.

"Nous continuons à appeler à une augmentation des efforts pour avoir accès aux gens qui sont dans le besoin dans l'Etat. Nous ne pouvons pas laisser cette attaque nous détourner de plus de deux millions de gens qui ont besoin d'une aide humanitaire immédiate", a-t-il dit.

En raison du conflit avec Boko Haram, certaines villes du nord-est du Nigeria, dont Bama, sont restées jusqu'à un an et demi sans aide humanitaire avant l'arrivée d'ONG et d'organisations de l'ONU en juin.

De nombreuses zones ne restent accessibles que sous escorte de l'armée nigériane.

"La violence a perturbé l'agriculture et les marchés, détruit les stocks de nourriture et endommagé ou détruit les équipements de santé et d'alimentation en eau. Nous devons absolument joindre ces communautés", a expliqué le représentant de l'agence de l'ONU dans son communiqué.

L'Unicef estime que 244.000 enfants vont souffrir de malnutrition aigüe cette année dans le seul Etat de Borno et que sans aide 20% d'entre eux vont mourir.

Le Fonds de l'ONU fournit des services en matière de santé à deux millions de gens et a soigné 56.000 enfants dans les trois Etats du nord-est du Nigeria les plus affectés par les violences de Boko Haram.

L'ONU a déclaré en mai qu'au total 9,2 millions de personnes vivant autour du lac Tchad, à la frontière des Nigeria, Tchad, Cameroun et Niger, avaient besoin d'une aide alimentaire, dont sept millions au Nigeria.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG