Liens d'accessibilité

L'UE prolonge ses sanctions contre Moscou, Poutine veut plutôt négocier


Vladimir Poutine

Vladimir Poutine

Le président russe annonce qu’il est prêt à faire un pas vers ses partenaires européens après que ceux-ci ont décidé de prolonger les sanctions décidées après l'annexion de la Crimée par Moscou.

La Russie est "prête à faire un pas" vers les Européens, a déclaré vendredi Vladimir Poutine, affirmant ne pas être "rancunier" après deux ans de tensions avec les Européens.

Le chef de l'Etat russe s'exprimait au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), au moment où l'Union Européenne prolongeait officiellement ses sanctions.

"Nous nous souvenons de la façon dont tout cela a commencé. La Russie n'a pas été l'initiatrice de l'effondrement (de nos relations), des problèmes, des sanctions", a-t-il affirmé au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

"Mais, comme nous le disons dans notre pays, nous ne sommes pas rancuniers, et nous sommes prêts à faire un pas vers nos partenaires européens", a-t-il ajouté, prévenant que cela "ne peut pas être, bien entendu, à sens unique".

Devant un parterre notamment composé du Premier ministre italien Matteo Renzi, du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev et d'investisseurs étrangers, le président russe a appelé à "rétablir la confiance dans les relations russo-européennes".

"L'UE, malgré des problèmes connus dans nos relations, reste un partenaire économique et commercial clé pour la Russie", a-t-il souligné. "Nous ne sommes pas indifférents à ce qui arrive à nos voisins, à l'économie européenne."

Son discours intervient alors que Bruxelles a officiellement prolongé vendredi d'un an ses sanctions décidées après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, qui interdisent notamment les investissements et importations vers l'Union de produits de la péninsule.

Cette prolongation des sanctions n'a surpris personne: jeudi, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a martelé que l'application totale des accords de paix de Minsk pour l'est de l'Ukraine, où la Russie est accusée d'avoir soutenu et armé les séparatistes, était "le seul moyen de lever les sanctions économiques imposées" à Moscou.

Les 28 États membres de l'UE s'apprêtent par ailleurs à reconduire la semaine prochaine les lourdes sanctions économiques décrétées contre la Russie en raison de son implication présumée dans le conflit ukrainien, selon plusieurs diplomates contactés par l'AFP.

Moscou a menacé en retour de prolonger jusqu'à fin 2017 son embargo sur des produits alimentaires provenant notamment de l'UE, une mesure qui pèse financièrement sur les agriculteurs européens.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG