Liens d'accessibilité

L'ONU veut une enquête indépendante sur les violences en Ethiopie


Les forces de l’ordre chargent des manifestants lors d’une protestation en plein d'action de grâces du peuple Oromo, à Bishoftu, région d'Oromia, Ethiopie, 2 octobre 2016.

Les forces de l’ordre chargent des manifestants lors d’une protestation en plein d'action de grâces du peuple Oromo, à Bishoftu, région d'Oromia, Ethiopie, 2 octobre 2016.

Le Haut-commissariat de l'ONU pour les droits de l'Homme a lancé vendredi un appel pour une "enquête indépendante" sur les violences survenues le week-end dernier lors d'un festival religieux au sud-est d'Addis Abeba ayant fait au moins 52 morts.

"Il faut véritablement une enquête indépendante" sur ce qui s'est passé dimanche dernier et identifier les responsables de ces incidents qui se sont "soldés dans la violence", a déclaré un porte-parole du Haut-commissariat lors d'un point presse à Genève.

Le Haut-Commissariat a aussi demandé au gouvernement éthiopien de "prendre des mesures concrètes" face aux tensions croissantes et "d'autoriser la venue d'observateurs indépendants dans les régions d'Oromia et d'Amhara, pour parler à toutes les parties impliquées".

Au moins 52 personnes ont été tuées dimanche dernier dans une bousculade provoquée par des tirs de gaz lacrymogènes de la part de la police éthiopienne, au cours d'un festival religieux oromo à Bishoftu, à environ 50 km au sud-est d'Addis.

L'Ethiopie est actuellement en proie à un mouvement de contestation anti-gouvernementale sans précédent depuis une décennie, qui a commencé en région oromo au mois de novembre 2015, s'est étendu depuis l'été à la région amhara (nord) et dont la répression a déjà fait plusieurs centaines de victimes.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG