Liens d'accessibilité

L'OIF appelle à une reprise du dialogue au Burundi


Un manifestant dans le quartier Ngagara, Bujumbura, 3 juin 2015.

Un manifestant dans le quartier Ngagara, Bujumbura, 3 juin 2015.

La délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie doit rester plusieurs mois dans le pays.

Pascal Couchepin, chef de cette mission de l'OIF, a rencontré Pierre Nkurunziza.

"Le message qu’on voulait lui faire passe, c’est que l’OIF n’est pas seulement une communauté linguistique, c’est aussi une communauté de destins dans laquelle les pays partagent des valeurs communes, notamment le respect des règles démocratiques", explique-t-il.

Tout en respectant la souverainete du Burundi, M.Couchepin précise que "le dialogue est provisoirement interrompu, j’espère qu’il va reprendre. C’est inquiétant et je crois qu’il faut que la communauté internationale fasse pression, dans le bon sens du terme, tout en respectant la souveraineté de ce pays pour que les partenaires au dialogue débouchent sur une solution positive qui ouvre des perspectives pour ce pays merveilleux", a-t-il confié.

"Il n’est pas question d’imposer aux Burundais quelque chose qui serait imposé de l’extérieur et qui probablement n’aurait qu’une chance de survie assez limitée dans le temps, a souligné Pascal Couchepin. Il faut trouver un consensus et pour ça il faut que les gens soient ouverts au dialogue. Pour l’instant on va dire que le dialogue n’est pas très riche. Il faut que la société burundaise discute et règle en particulier ce qu’on appelle ici la question qui fâche, celle du troisième mandat", ajoute-il.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG