Liens d'accessibilité

L'imam d'Al-Azhar portera un message de tolérance au pape


Le grand imam d'Al-Azhar, prestigieuse institution de l'islam sunnite, Ahmed Al-Tayeb, lors d'un entretien au Caire, Egypte, 8 août 2011.

Le grand imam d'Al-Azhar, prestigieuse institution de l'islam sunnite, Ahmed Al-Tayeb, lors d'un entretien au Caire, Egypte, 8 août 2011.

Le grand imam d'Al-Azhar, prestigieuse institution de l'islam sunnite, portera lundi un message de tolérance au pape François à l'occasion de leur rencontre historique au Vatican.

Cette rencontre entre Ahmed al-Tayeb et François devrait marquer une nouvelle étape dans la réconciliation, après 10 ans de relations tendues entre leurs deux institutions en raison de propos controversés de Benoît XVI semblant lier islam et violence.

Le vice-grand imam d'Al-Azhar, Abbas Choumane, a expliqué dimanche à l'AFP que l'organisation de cette rencontre avait été favorisée par les gestes d'ouverture du pape François envers les musulmans.

"Si ce n'était pour ces prises de position positives (du pape), cette rencontre n'aurait pas lieu", a précisé M. Choumane, indiquant que le grand imam sera porteur d'un message pour l'occident et les musulmans.

Les liens se sont réchauffés petit à petit après l'arrivée du pape François, qui a fait du dialogue interconfessionnel l'une de ses priorités, et avait notamment salué les musulmans en 2013 à l'occasion de la fin du ramadan.

La visite du grand imam d'Al-Azhar a pour objectif de présenter "le vrai islam, et dissiper les malentendus créés par les groupes terroristes extrémistes", a souligné M. Choumane.

Le grand imam "encourage les pays à ne pas voir en leurs citoyens musulmans un groupe représentant une menace", a-t-il ajouté, précisant aussi que "les musulmans dans les sociétés occidentales sont encouragés à s'intégrer."

"C'est un message pour les deux parties", a précisé M. Choumane.

Les relations entre Al-Azhar et le Vatican s'étaient tendues à la suite des propos controversés de Benoît XVI, semblant lier islam et violence lors d'un discours à Ratisbonne (Allemagne) en 2006.

Depuis son arrivée, le pape François multiplie les messages de tolérance. Il avait ainsi ramené trois familles musulmanes syriennes de sa visite en avril sur l'île grecque de Lesbos: "Je n'ai pas fait de choix entre chrétiens et musulmans (... Tous) sont fils de Dieu".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG