Liens d'accessibilité

L'ex-présidente Kirchner inculpée pour blanchiment d'argent en Argentine


Cristina Fernandez et le secrétaire juridique et technique Carlos Zannini au palais présidentiel de Buenos Aires, le 29 mai 2008.

Cristina Kirchner a été à nouveau inculpée, cette fois pour association illicite et blanchiment d'argent, et interdite de sortie du territoire, a annoncé le Centre d'information judiciaire.

"Le juge Bonadio a inculpé Cristina Fernandez de Kirchner pour association illicite et blanchiment d'argent" dans le dossier Los Sauces, une société immobilière familiale, précise le communiqué du pouvoir judiciaire.

Ses enfants Maximo et Florencia sont également inculpés, tout comme les hommes d'affaires Cristobal Lopez et Lazaro Baez.

Un embargo sur ses biens a également été ordonné, à hauteur de huit millions de dollars.

Le juge soupçonne l'ancienne présidente d'être à l'origine d'opérations régulières de blanchiment d'argent.

Cristobal Lopez est un riche chef d'entreprise, propriétaire de casinos et du groupe de presse Indalo, proche de Nestor et Cristina Kirchner, qui ont gouverné le pays sud-américain de 2003 à 2015.

Lazaro Baez est un entrepreneur du BTP qui s'est considérablement enrichi pendant leurs années de présidence, en bénéficiant de marchés publics dans la province de Santa Cruz, fief des Kirchner.

Déjà inculpée dans plusieurs affaires de corruption, Cristina Kirchner sera également jugée pour un délit financier présumé sous son mandat, l'affaire dite du "dollar futur" pour laquelle elle est accusée d'avoir causé un préjudice à l'Etat au cours d'une opération de spéculation sur les taux de change réalisée par la Banque centrale en 2015.

Avec Afp

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG