Liens d'accessibilité

L'Ethiopie s'enfonce "dans une zone de turbulences"


Des militaires éthiopiens patrouillent des affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité, à Addis-Abeba, en Ethiopie, 7 août 2016.

Des militaires éthiopiens patrouillent des affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité, à Addis-Abeba, en Ethiopie, 7 août 2016.

Alors que l'Éthiopie est en proie à une vague de manifestations antigouvernementales sans précédent depuis une décennie, analystes et diplomates craignent que cet allié crucial contre le terrorisme dans la Corne de l'Afrique ne s'enfonce dans "une zone d'extrêmes turbulences".

Le mouvement de protestation qui a commencé en région oromo (centre et ouest) au mois de novembre, et qui s'est étendu depuis quelques semaines à la région amhara (nord), a vu pour la première fois des manifestations se dérouler samedi et dimanche simultanément dans les deux régions, ainsi que dans la capitale Addis Abeba.

La répression brutale des forces de sécurité a fait au moins une centaine de morts parmi les manifestants, selon un bilan d'Amnesty International.

Oromo et Amhara représentent à eux seuls plus de 60% des 100 millions d'Éthiopiens, dans le deuxième pays le plus peuplé du continent. Les activistes des deux ethnies contestent de plus en plus ouvertement ce qu'ils perçoivent comme une domination sans partage de la minorité des Tigréens, issus du nord du pays, qui occupent les postes-clés au sein du gouvernement et des forces de sécurité.

"Depuis son arrivée au pouvoir en 1991 (après avoir chassé par les armes le dictateur Mengistu), jamais le régime n'a connu une si mauvaise passe (...) l'Éthiopie ressemble à un avion qui s'enfonce dans une zone d'extrêmes turbulences", analyse le chercheur René Lefort, spécialiste de la Corne de l'Afrique, qui constate que malgré "l'état de siège" imposé à la région oromo, les manifestations n'ont jamais cessé.

"Cette crise est systémique parce qu'elle questionne les fondements du mode de gouvernement (que l'Éthiopie) a mis en place voilà 25 ans : autoritaire et centralisé. Le fédéralisme est un trompe l'oeil", ajoute-t-il.

L'Éthiopie affiche des résultats spectaculaires en matière de développement, mais le bilan en terme de libertés publiques est bien maigre.

L'an dernier, les élections ont vu la coalition au pouvoir menée par le Premier ministre Hailemariam Desalegn remporter tous les sièges du Parlement. Dans la foulée de cette victoire sans partage, la pression sur les opposants s'est encore accrue. Plusieurs personnalités, dont le vice-président du Congrès national oromo, Bekele Gerba, et Yonatan Tesfaye, porte-parole du jeune parti Semayawi, ont été emprisonnés en vertu d'une loi antiterroriste décriée, utilisée selon les défenseurs des droits de l'Homme pour faire taire les critiques.

Signes de nervosité

L'Éthiopie est également le deuxième pays africain le plus répressif en matière de liberté la presse, avec dix journalistes derrière les barreaux, selon le Committee to Protect Journalists (CPJ).

"Ce gouvernement est contrôlé par une minorité ethnique qui impose sa volonté à la majorité. Il n'y a pas discussions avec le peuple, pas de dialogue", analyse Getachew Metaferia, professeur de sciences politiques à l'université Morgan de Baltimore aux États-Unis.

"Le niveau de frustration augmente. Je doute qu'il y aura un retour à la normale", avance-t-il.

Largement épargnée pour ses excès en matière de répression par ses alliés occidentaux qui considèrent l'Éthiopie comme un îlot de stabilité dans une région troublée, le gouvernement éthiopien a réagi jusqu'ici par une surenchère sécuritaire.

Les autorités accusent les manifestants d'être manipulés par "des ennemis de l'étranger", et pointent volontiers l'Érythrée.

Depuis juillet, le gouvernement éthiopien bloque désormais régulièrement l'accès à l'internet et aux réseaux sociaux, considérés comme un outil de communication privilégié des activistes.

"Les dirigeants éthiopiens ont perdu la vision de Meles (l'ancien homme fort du pays décédé en 2012). Ils montrent des signes de nervosité et ne font pas confiance à leur population", remarque un diplomate européen.

Merera Gudina, figure de l'opposition et président du Congrès du peuple Oromo,, reconnaît avoir peu de prise sur un mouvement qu'il décrit comme "un mouvement de masse" et qui selon lui échappe aux organisations politiques.

Les slogans scandés par les manifestants comme "Libérez nos prisonniers" ou "Nous voulons notre liberté", expriment avant tout une demande d'ouverture de l'espace politique et dépassent désormais largement les litiges fonciers ou territoriaux à l'origine de l'actuelle vague de protestations.

"Cela dure maintenant depuis neuf mois. A moins de sérieuses réformes, je ne pense pas que cela s'arrêtera. C'est une Intifada", ajoute Merera Gudina.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG