Liens d'accessibilité

L'esclavage n'existe plus en Mauritanie selon le président Mohamed Ould Abdel Aziz


Biram Ould Dah Ould Abeid, militant anti-esclavagiste en prison en Mauritanie

Biram Ould Dah Ould Abeid, militant anti-esclavagiste en prison en Mauritanie

Le président mauritanien accuse les ONG d'en faire un fonds de commerce. Il admet cependant qu’il existe des séquelles de l’esclavage dans son pays.

Pour le président Mauritanien, l'esclavage n'existe plus en Mauritanie. Selon lui, il en subsiste des séquelles, et il dit tout faire pour les traiter en allant vers les anciens esclaves et leurs descendants, pour leur offrir de l'eau, des écoles et des routes…

Son gouvernement a adopté en avril un projet de loi renforçant la répression de l'esclavage par des peines plus sévères.

Le président Mauritanien a accusé les ONG de saboter ces efforts en faisant de l’esclavage un fonds de commerce.

VOA Afrique a recueilli la réaction d’Ahmed Tdijane Diop membre du mouvement abolitionniste IRA et directeur de campagne de Biram Ould Abeid le militant anti-esclavagiste condamné à 2 ans de prison.

Trois militants anti-esclavagistes, dont Biram Ould Dah Ould Abeid ont été condamnés le 15 janvier à deux ans de prison pour appartenance à une organisation non autorisée. Leurs avocats ont fait appel.

Des milliers de Haratines, les descendants d'esclaves, ont manifesté le 30 avril à Nouakchott pour réclamer justice et la fin des discriminations. L'esclavage a été officiellement aboli en Mauritanie 1981 et, depuis 2007, les personnes reconnues coupables d’une telle pratique peuvent écoper jusqu'à 10 ans de prison.

XS
SM
MD
LG