Liens d'accessibilité

L'EI attaque l'armée syrienne au gaz moutarde dans l'est


La scène de l'attentat, dans le sud de Badgad, en Irak, le 6 mars 2016. Des douzaines de personnes ont perdu la vie dans cette attaque revendiquée par le groupe EI.

La scène de l'attentat, dans le sud de Badgad, en Irak, le 6 mars 2016. Des douzaines de personnes ont perdu la vie dans cette attaque revendiquée par le groupe EI.

Le groupe ultraradical Etat islamique (EI) a attaqué l'armée syrienne au gaz moutarde près de la ville de Deir Ezzor (est), chef-lieu de la province éponyme frontalière de l'Irak, a rapporté l'agence officielle Sana lundi soir

"Les terroristes de Daech (acronyme de l'EI en arabe) ont visé l'aéroport militaire de Deir Ezzor avec des obus contenant du gaz moutarde, provoquant des cas de suffocations", a indiqué l'agence.

Le gaz moutarde qui provoque des détresses respiratoires, une cécité momentanée et des cloques très douloureuses, a déjà été utilisé par l'EI en Syrie et en Irak, avaient rapporté à plusieurs reprises des responsables américains, des observateurs et des militants syriens.

La ville de Deir Ezzor est contrôlée à 60% par les jihadistes de l'EI qui tentent depuis 2014 de capturer l'aéroport militaire, situé au sud-est de la cité. Plus de 200.000 civils sont quasi-encerclés par l'organisation ultraradicale et des aides sont régulièrement larguées par les avions russes.

Lundi, sept civils dont trois femmes ont été tués dans un bombardement de l'EI sur deux quartiers tenus par le régime, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'OSDH n'était pas en mesure de confirmer l'attaque au gaz moutarde mais a rapporté par ailleurs que l'EI a mené lundi un assaut contre le village de Jafra près de l'aéroport au moyen de deux kamikazes qui se sont fait exploser, sans fournir de bilan.

La province de Deir Ezzor est cruciale pour l'EI car elle est située entre celle de Raqa, bastion du groupe et la frontière irakienne, contrôlée en grande majorité par ses jihadistes.

Depuis quelques semaines, l'EI est sous pression en Syrie et a notamment été chassé par l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe de la ville antique de Palmyre et de la ville d'al-Qaryatayn, qui étaient parmi ses derniers fiefs de la province centrale de Homs.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG