Liens d'accessibilité

L'écrivain nigérian Soyinka a jeté sa carte verte après la victoire de Trump


L'écrivain nigérian et prix Nobel de littérature Wole Soyinka, à gauche, discute avec Joy Okei-Odumakin lors du lancement d’un nouveau parti politique à Lagos, Nigeria, 25 septembre 2010.

L'écrivain nigérian et prix Nobel de littérature Wole Soyinka a annoncé jeudi s'être débarrassé de son permis de résidence permanente aux Etats-Unis en réaction à la récente élection de Donald Trump à la Maison Blanche.

Peu avant le scrutin, Wole Soyinka avait menacé de jeter sa "carte verte" en cas de victoire du milliardaire en raison de ses positions hostiles à d'immigration.

"Je l'ai déjà fait. (...) j'ai fait ce que j'ai dit que je ferai", a déclaré l'écrivain à l'AFP à Johannesburg, en marge d'une conférence sur l'éducation.

"Ca me faisait horreur de penser à ce qui allait se passer avec Trump" à la Maison Blanche, a-t-il ajouté.

Le premier Africain à obtenir le prix Nobel de littérature en 1986 enseigne dans plusieurs universités américaines. "Quand j'ai fini (mes cours), j'ai jeté la carte et je me suis réinstallé" de façon permanente au Nigeria, a-t-il poursuivi.

Wole Soyinka, auteur d'une soixantaine de romans, pièces de théâtre et poèmes, ne veut pas pour autant "décourager les Nigérians ou quiconque" à postuler pour une carte verte, qui accorde le statut de résident permanent aux Etats-Unis.

Dans les années 60, Wole Soyinka avait passé 22 mois en prison pendant la guerre civile au Nigeria.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG