Liens d'accessibilité

L'économie canadienne s'est enlisée en 2015


Canada

Canada

La croissance de l'économie canadienne, en récession sur la première moitié de 2015, est restée anémiée sur le reste de l'année en raison d'une consommation molle et de la faiblesse des exportations que la chute de la monnaie locale n'a pas su dynamiser.

Pour l'ensemble de l'année 2015, le PIB a progressé de 1,2%, soit une croissance deux fois moins importante que l'année précédente, selon les chiffres mardi de l'institut de la statistique.

Après une contraction de l'activité sur les deux premiers trimestres, la croissance a augmenté, en rythme annuel, de 2,4% et de 0,8% respectivement sur les deux trimestres suivants.

Les économistes s'attendaient même à un tassement de la croissance du produit intérieur brut plus marqué. La moyenne de leurs prévisions tablait plutôt sur une quasi stagnation (+0,1%).

La fin d'année a été poussive, "en partie attribuable aux reculs" des investissements et des exportations, et d'une consommation des ménages plutôt faible, a expliqué Statistique Canada.

Entre octobre et décembre et en pleine période des fêtes, les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de seulement 0,2%, soit moins que les +0,5% au troisième trimestre.

Le fort recul du dollar canadien dans le sillage de la dégringolade des prix du pétrole n'a pas joué en faveur des exportations canadiennes, qui ont baissé de 0,6% sur les trois derniers mois de l'année.

L'inquiétude pour les prochains mois reste de mise en raison de la frilosité des entreprises, dont l'investissement s'est réduit de 3,3% sur le dernier trimestre, particulièrement dans les infrastructures du secteur pétrolier et gazier faute d'une perspective de remontée des cours du brut sur les marchés mondiaux.

La faiblesse de l'activité des entreprises a pesé sur la croissance, des entreprises qui ont massivement déstocké (4 milliards de dollars canadiens).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG