Liens d'accessibilité

L'aviation doit se préparer au "cyber-risque" (AESA)


Le secteur de l'aviation civile est vulnérable aux attaques de pirates informatiques et doit se préparer au "cyber-risque", a estimé jeudi le directeur exécutif de l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) Patrick Ky.

Selon le patron de l'agence Patrick Ky, il faut mettre en place des "réseaux spécifiques" de spécialistes en cyber-attaques pour "informer de la menace" et des moyens de s'en protéger. "C'est un risque auquel il faut qu'on se prépare, l'aviation est vulnérable. Dire que l'aviation n'est pas sujette au cyber-risque, c'est se voiler la face", a-t-il déclaré au cours d'une rencontre avec la presse. M. Ky a affirmé avoir pu lui-même constater les capacités d'un hacker à pénétrer le réseau de communication d'une compagnie aérienne.

"J'ai fait venir un hacker qui a par ailleurs une licence de pilote commercial. Ce hacker nous a montré qu'en moins de cinq minutes, il arrivait à entrer sur le réseau de communication" d'une compagnie aérienne "avec un profil administrateur de la compagnie aérienne", a-t-il expliqué. Il lui a fallu "deux ou trois jours pour entrer dans les systèmes qui contrôlent l'avion au sol", a-t-il poursuivi, sans plus de précisions.

En décembre dernier, cinq grandes organisations internationales de l'aviation (OACI, ACI, CANSO, IATA et ICCAIA) avaient adopté une feuille de route commune pour harmoniser leurs mesures respectives en matière de cyber-menaces, et souligné que "la sécurité et la sûreté du système aéronautique mondial" étaient "potentiellement vulnérables aux attaques de pirates informatiques et autres cybercriminels".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG