Liens d'accessibilité

L'Assemblée nationale incendiée à Libreville par des manifestants


L'Assemblée nationale du Gabon à Libreville était en flammes mercredi soir après avoir été incendiée par des manifestants descendus dans la rue à l'annonce de la réélection du président Ali Bongo Ondimba, selon plusieurs témoins.

"Tout le bâtiment est en train de prendre feu", a indiqué à l'AFP Yannick, présent sur les lieux. Un panache rouge et noir se dégageait dans la nuit au-dessus du palais Léon-Mba, selon des journalistes qui se trouvaient à distance.

"Ils sont entrés, ils ont brûlé", selon le même témoin affirmant que les forces de sécurité auraient reculé.

L'Assemblée nationale se trouve sur le prestigieux boulevard Triomphal, qui dessert de grandes institutions (siège de la télévision d'Etat Gabon Télévision, Sénat, Hôtel de Ville, Centre culturel français, ministère du Pétrole, ambassades de Chine, de Russie et du Liban...).

Les forces de sécurité s'étaient déployées à titre préventif dès mardi après-midi aux points stratégiques de la capitale à la veille de la proclamation des résultats officiels provisoires par la commission électorale.

Dès l'annonce de la victoire controversée de M. Bongo face à l'opposant Jean Ping, des troubles ont éclaté sur les grandes artères entre les forces de l'ordre et des opposants criant "Ali doit partir".

L'un des axes principaux, le front de mer de Libreville, était coupé aux abords de la présidence, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Emeutes et Assemblée nationale en flammes à Libreville

Une marée humaine en colère marche, déterminée, au-devant de dizaines de camions et de forces de l'ordre lourdement armées: le face-à-face s'annonçait particulièrement violent mercredi à Libreville après l'annonce de la victoire d'Ali Bongo à la présidentielle gabonaise.

Il n'aura fallu de fait que quelques minutes après la proclamation des résultats pour que les quartiers populaires de la capitale s'embrasent. En fin de journée, c'était l'Assemblée nationale qui était en flammes et des incendies étaient visibles ailleurs.

Dès le milieu de l'après-midi, des milliers de jeunes, mais aussi des femmes et des hommes d'un certain âge déferlent dans les rues des "mapanes" (bidonvilles) pour crier leur colère dans une ville de facto en état de siège. Leur favori, Jean Ping vient d'être défait d'une courte paille (48%) face au président sortant (49%).

"Ping heho, Ali dégage!", hurlent les manifestants brandissant des tiges de palmier, alors que le ministre de l'Intérieur vient d'annoncer le président sortant vainqueur face à son rival Jean Ping.

Dans les "PK" (sortie de la ville), les quartiers Nzeng Ayong ou encore Nkembo, des détonations lourdes éclatent et des colonnes de fumée noires s'échappent à plusieurs dizaines de mètres dans le ciel.

Sur la voie express, qui contourne la capitale par l'est, des manifestants tentent de rejoindre le quartier général de Ping. Les plus énervés brûlent ce qu'ils trouvent (pneus, poubelles...) sur leur passage.

De nombreux manifestants lèvent les bras en l'air par peur de se faire tirer dessus, d'autres brandissent des pierres.

C'est à quelques centaines de mètres de là qu'a eu lieu plus tôt la proclamation des résultats tant décriés, dans l'enceinte ultra-sécurisée nommée "Cité de la Démocratie".

'Ils vont nous massacrer'

"2009, 2016... On en a marre, on n'en peut plus de se faire voler la victoire, Ali doit partir", s'emporte Boris, la vingtaine, avant d'énumérer les raisons de sa colère.

"Tous les jours c'est la même souffrance: aller 'puiser' l'eau (aux pompes publiques), s'éclairer avec des lampes-tempête à cause des coupures d'électricité, pas de boulot... Il n'a rien fait pour nous".

Les gendarmes anti-émeute dispersent les mouvements de foule vers des ruelles en terre à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes, et de canons à eau.

Si la situation s'envenime, ils sont armés de kalachnikov. Des blindés sont positionnés à plusieurs carrefours stratégiques entourés de très nombreux policiers, gendarmes et militaires avec casques lourds et boucliers.

En retrait sur le bas-côté, un quadragénaire, Guy Olsène, regarde les premiers affrontements avec les forces de l'ordre et ne cache pas sa "peur".

"On marche les mains nues, nous n'avons pas de gourdins mais regardez cet arsenal, ils font tout pour provoquer", s'inquiète cet agent municipal: "Ils vont nous massacrer et ce n'est que le début".

La nuit tombe et de nouvelles informations parviennent au milieu de rumeurs invérifiables. L'opposition- notamment Jean Ping via Tweeter - fait état de plusieurs morts et blessés graves, ce que le porte-parole d'Ali Bongo, Alain-Claude Bilie-By-Nze, dément aussitôt, lui aussi sur Tweeter.

A présent, c'est l'Assemblée nationale est à présent en flammes. Un partisan de Ping témoigne sur place: "des manifestants en colère ont brûlé toutes les voitures autour, ensuite ils sont entrés à l'intérieur du bâtiment et ont mis le feu".

Les images de l'AFP sont éloquentes: dans le ciel de Libreville s'élève un immense panache rouge et noir qui dégage une fumée compacte...

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG