Liens d'accessibilité

L’accord d’Alger est en panne au Mali


Ibrahim Boubacar Keïta s'adresse aux journalistes devant l'hôtel Radisson de Bamako, le 21 novembre 2015.

Ibrahim Boubacar Keïta s'adresse aux journalistes devant l'hôtel Radisson de Bamako, le 21 novembre 2015.

La Coordination des mouvements de l’Azawad et la plateforme des mouvements armés pro-gouvernementaux ont suspendu leur participation au sous-comité chargé de l’application de l’accord d’Alger.

Les responsables politiques de la Coordination des mouvements de l’Azawad(CMA) et de la plateforme des mouvements armés pro-gouvernementaux ont choisi annoncé leur décision devant la presse mecredi à Bamako.
Les deux groupes dénoncent le comportement du gouvernement vis-à-vis de l’application de cet accord.

Sur VOA Afrique, le journaliste Lamissa Sangaré parle de deux "blocages mageures" qui bloquent: "le gouvernement qui se dérobe de ses engagements et l'attitude de la communauté internationale". L'allié du gouvernement, la plate-forme, connait également "des problèmes internes" qui fragilisent davantage l'Accord signé à Alger.

Le gouvernement du Mali garde jusque là un silence de sourd. Rien ne filtre sur la suite à donner à la décision de ses partenaires pour une paix durable.

XS
SM
MD
LG