Liens d'accessibilité

Kigali décide de s’attaquer à la "compétence universelle"


Des manifestants exigent la libération du général Emmanuel Karenzi Karake, chef de services secrets rwandais, arrèté à Londres - Kigali, Rwanda, 25 juin 2015

Des manifestants exigent la libération du général Emmanuel Karenzi Karake, chef de services secrets rwandais, arrèté à Londres - Kigali, Rwanda, 25 juin 2015

L’abandon par la justice britannique de la procédure d’extradition du chef des services secrets rwandais est une victoire pour Kigali, a déclaré à VOA Afrique le directeur général des Affaires Multilatérales au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération.

Olivier Nduhungirehe a affirmé que le gouvernement rwandais ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

"Nous allons continuer à nous battre contre ce système de néocolonialisme… jusque ce que toute la souveraineté de la justice africaine soit reconnue, " a soutenu M. Nduhungirehe.

L’officiel rwandais dit se fonder sur la position de l’Union africaine.

Selon lui, l’affaire contre les autorités de Kigali est maintenant quasiment pliée et tous les mandats doivent être levés.

Le général Emmanuel Karenzi Karake, chef des services secrets rwandais, avait été arrêté à Londres dans le cadre des inculpations soulevées par un juge espagnole. Mais la justice britannique a décidé de ne plus l’extrader après plus de deux détention.

XS
SM
MD
LG