Liens d'accessibilité

Kerry s'inquiète du sentiment d'"angoisse" qui gagne l'Occident


John Kerry, Département d'Etat, Washington, le 21 juillet 2016. (AP Photo/Cliff Owen)

Le secrétaire d'Etat américain sortant John Kerry s'est inquiété lundi à Berlin de la montée des populismes et du sentiment d'"angoisse" en Occident, citant le Brexit, la présidentielle aux Etats-Unis et le référendum en Italie.

En tournée d'adieux en Europe, John Kerry a cherché dans le même temps à rassurer en plaidant pour le maintien d'un lien transatlantique fort entre l'Europe et les Etats-Unis, au moment où le président élu Donald Trump semble tenté par une politique plus isolationniste.

Le sentiment général de mécontentement des opinions s'est exprimé lors de "nos élections" aux Etats-Unis le 8 novembre, a déclaré John Kerry dans un discours prononcé au ministère allemand des Affaires étrangères.

"Vous l'observez dans les angoisses que l'Italie a exprimées hier (dimanche), ou dans celles de l'Autriche, où l'élection a abouti à un résultat différent mais où ces angoisses étaient perceptibles", a souligné le secrétaire d'Etat américain, citant également le Brexit.

Il faisait référence à l'échec dans les urnes du projet de réforme constitutionnelle du chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, contraint à la démission lors d'un vote qui a donné des ailes aux mouvements populistes, ainsi qu'au score réalisé par le candidat d'extrême droite lors du dernier scrutin présidentiel en Autriche.

Le candidat du parti FPÖ a certes été battu mais a néanmoins récolté 46,7% des voix.

"Vous percevez dans les sentiments de tous aujourd'hui que quelque chose ne fonctionne pas", a-t-il dit, appelant les gouvernements "à mieux faire".

Venu recevoir à Berlin la Grande Croix dans l'ordre du Mérite, une des plus hautes distinctions du pays, le secrétaire d'Etat américain, qui a passé quelques années de son enfance à Berlin-Ouest du temps de la guerre froide, a plaidé pour le maintien de l'alliance transatlantique.

"Cette alliance a aidé à faire progresser ce continent et la planète toute entière vers davantage de paix, de sécurité et de liberté" et ceci "ne peut et ne doit jamais changer", a estimé M. Kerry, dans une mise en garde voilée à Donald Trump, qui prendra la succession de Barack Obama le 20 janvier.

-'Tout va bien se passer'-

Comme la plupart des démocrates, John Kerry avait pronostiqué la victoire de Hillary Clinton, mais il a assuré ses hôtes allemands que "tout allait bien se passer" avec l'administration Trump.

L'ancien chef de la diplomatie allemande Joschka Fischer s'est pour sa part inquiété mardi du sort de l'Occident suite à l'élection de Trump et ses velléités isolationnistes.

"L'Europe est trop faible et divisée pour remplacer les Etats-Unis sur le plan stratégique et, sans leadership de la part des Etats-Unis, l'Occident ne pourra survivre", a-t-il écrit dans une tribune publiée par l'alliance de journaux Project Syndicate.

Le candidat Donald Trump avait vivement critiqué le principe fondateur de l'Otan basé sur la solidarité en cas d'agression. Il a aussi maintes fois répété qu'il voulait se rapprocher de la Russie de Vladimir Poutine.

Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier, qui avait traité Donald Trump de "prédicateur de haine" avant les élections, a lui souhaité rapidement pouvoir "avoir une conversation" avec le président américain élu. "C'est important, c'est urgent", a-t-il dit.

John Kerry a choisi l'Allemagne et Bruxelles, siège de l'Otan et capitale de l'Union européenne, pour ce qui devrait être l'un de ses tout derniers voyages dans la "Vieille Europe" où il s'est rendu des dizaines de fois en quatre ans.

A Berlin, M. Kerry a aussi préparé la réunion mardi et mercredi à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan, puis la rencontre ministérielle, mercredi et jeudi à Hambourg, des 57 pays membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Il a précisé qu'il verrait à cette occasion, en marge de l'OSCE, son homologue russe Sergueï Lavrov.

Ce dernier a annoncé à Moscou que les discussions techniques russo-américaines sur la Syrie qui se tiennent depuis des mois à Genève devraient aborder mardi ou mercredi la question du départ de "tous les rebelles" de la ville d'Alep.

AvecAFP

XS
SM
MD
LG