Liens d'accessibilité

Kenya : le « Oui » l’emporte au référendum constitutionnel


La nouvelle Constitution réduit les pouvoirs du président au profit des administrations locales et limite à 22 le nombre des postes ministériels. En outre, elle abolit le poste de Premier ministre.

Le président kenyan Mwai Kibaki célèbre l’écrasante victoire du « Oui » lors du référendum de mercredi sur la nouvelle Constitution. C’est « une fin heureuse » pour « le voyage historique » du pays, a-t-il déclaré.

Se tenant, jeudi, à côté de son ancien adversaire, le Premier ministre Raila Odinga, lors d’un important meeting à Nairobi, le président Kibaki a appelé à l’unité et promis que les discussions se poursuivront avec les partisans du « Non ».

L’opposition a concédé la défaite, mais a appelé des consultations immédiates sur de possibles amendements à la nouvelle Constitution, qui vise à atténuer les tensions tribales et politiques au Kenya.

Les résultats finaux montrent que 67% des 8,6 millions d’électeurs inscrits ont voté en faveur de la nouvelle Constitution, contre 30% qui l’ont rejetée, avec un taux de participation de 71%.
La nouvelle Constitution réduit les pouvoirs du président au profit des administrations locales et limite à 22 le nombre des postes ministériels. En outre, elle abolit le poste de Premier ministre.

L’adoption de cette Constitution est « un pas important pour la démocratie au Kenya », a dit le président Barack Obama. Cette Constitution constitue la pièce maîtresse des réformes qui permettront de s’attaquer aux causes de la violence au Kenya.

XS
SM
MD
LG