Liens d'accessibilité

Kenya : le président Kenyatta suspend deux responsables de la Commission anticorruption


Le président Kenyan, Uhuru Kenyatta

Le président Kenyan, Uhuru Kenyatta

Les deux sont visés par une procédure de destitution lancée par l'Assemblée nationale au moment où la Commission anticorruption enquête sur plusieurs hautes personnalités.

Il s‘agit du président de la Commission anticorruption (EACC), Mutumo Matemu, et de sa vice-présidente Irene Keino, déjà visés par une procédure de destitution lancée à l'Assemblée nationale.

Les députés ont voté, mercredi, la création d'une Cour spéciale devant se prononcer sur le limogeage de Mutumo Matemu et Irene Keino, leur attribuant les "dysfonctionnements" de l'EACC, minée depuis des mois par des rivalités internes, des soupçons de détournements et des accusations d'inaction.

L’AFP souligne que le limogeage de ces deux personnalités intervient moins d'un mois après que le président Kenyatta eut révélé être en possession d'une liste confidentielle de hautes personnalités visées par des enquêtes de l'EACC.

Ces noms ont été rendus publics, mais pas les faits leur étant reprochés. Sur la liste publiée figurent cinq ministres, des responsables locaux et une quinzaine de hauts fonctionnaires et de dirigeants d'entreprises publiques.

M. Kenyatta avait demandé aux cinq ministres cités de quitter temporairement leurs fonctions en attendant le résultat d'une enquête sous 60 jours. Les acteurs de la lutte anticorruption doutent cependant que l'enquête sur ces personnalités puisse aboutir avec une Commission décapitée.

Le directeur de l'ONG anticorruption Transparency International (TI) au Kenya, Samuel Kimeu, a estimé jeudi que les suspensions de M. Matemu et Mme Keino "menacent les actuelles actions anticorruption si des mesures urgentes ne sont pas prises pour garantir que les enquêtes en cours soient rapidement menées à bien".

XS
SM
MD
LG