Liens d'accessibilité

Kenya :un sixième suspect dans le massacre de Garissa, arrété


Un étudiant du Kenya porte chaînes maquettes et un autre tient une bougie pendant qu'ils marchent avec les autres commémorant la mémoire des victimes de l' attaque à l'université de Garissa. Ils protestent contre ce qu'ils disent être un manque de sécurité, dans le centre de Nairobi, au Kenya mardi 7 avril 2015.

Un étudiant du Kenya porte chaînes maquettes et un autre tient une bougie pendant qu'ils marchent avec les autres commémorant la mémoire des victimes de l' attaque à l'université de Garissa. Ils protestent contre ce qu'ils disent être un manque de sécurité, dans le centre de Nairobi, au Kenya mardi 7 avril 2015.

Cinq autres suspects étaient interrogés au sujet de ce massacre perpétré par un commando djihadiste à l’université de Garissa qui a fait, le 2 avril, au moins 147. Cette arrestation est annoncée alors que des Kényans ont manifesté à Nairobi pour dénoncer l’inertie des autorités.

La manifestation a eu lieu au troisième jour du deuil national. Beaucoup de manifestants étaient des étudiants.

Selon la police kényane un sixième suspect a été arrêté. Ils rejoint les 5 autres suspects déjà aux arrêts. Parmi les personnes arrêtées il y a cinq Kényans et un Tanzanien.

Selon un document de la police publié mardi, une demande a été faite au tribunal de Nairobi de prolonger de 30 jours la garde à vue de cinq suspects précédemment arrêtés.

Le but du prolongement de leur détention est de permettre aux investigateurs de clôturer l'enquête et définir les chefs exacts dont ils seront accusés.

XS
SM
MD
LG