Liens d'accessibilité

Deux Iraniens inculpés de "terrorisme" après avoir filmé l'ambassade d'Israël au Kenya


La police anti-émeute kenyane bloque le passage aux manifestants près de l'ambassade d'Israël à Nairobi Kenya, 9 janvier 2009.

Deux Iraniens et leur chauffeur kényan ont été inculpés de "facilitation d'un acte terroriste" pour avoir filmé l'ambassade israélienne dans la capitale kényane plus tôt cette semaine, indiquent des sources judiciaires.

Sayed Nasrollah Ebrahimi et Abdolhosein Gholi Safaee, ainsi que leur chauffeur kényan Moses Keyah Mbogah ont comparu jeudi devant un tribunal de Nairobi, qui les a inculpés, et a ordonné leur maintien en détention provisoire. Ils ont contesté les charges retenues contre eux.

Les trois hommes avaient été arrêtés par la police anti-terroriste après qu'ils eurent enregistré mardi "des images vidéo de l'ambassade israélienne à l'aide de leurs téléphones portables", ce à bord d'une voiture appartenant à l'ambassade iranienne, selon l'acte d'accusation.

Le procureur Duncan Ondimu a par ailleurs assuré devant le tribunal que les trois hommes s'étaient également rendus à la prison de haute sécurité de Kamiti, en banlieue de Nairobi, pour rencontrer deux autres Iraniens purgeant des peines de 15 ans de prison pour possession d'explosifs.

L'Iran est considéré par Israël comme son ennemi numéro un.

Le Kenya a de son côté à plusieurs reprises, par le passé, été victime d'attentats par des groupes islamistes radicaux, la plupart du temps liés à Al-Qaïda. En 2002, des membres d'Al-Qaïda avaient mené une attaque à la bombe contre un hôtel appartenant à des Israéliens dans la ville côtière de Mombasa, et avaient tenté d'abattre un avion de ligne israélien à l'aide d'un missile.

MM. Ebrahimi, Safaee et Mbogah comparaîtront à nouveau le 6 décembre pour une audience devant déterminer si une libération sous caution leur est accordée.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG