Liens d'accessibilité

Le pape rencontre à Bakou la petite communauté catholique


Le pape François arrive lors d'une messe à Bakou, Azerbaïdjan, le 2 octobre 2016.

Le pape François arrive lors d'une messe à Bakou, Azerbaïdjan, le 2 octobre 2016.

Le pape François est arrivé dimanche en Azerbaïdjan, dernière étape de son voyage dans le Caucase, où il a rencontré la petite communauté catholique.

Sitôt arrivé à Bakou en provenance de Tbilissi, le pape argentin a dit la messe à l'église de l'Immaculée conception où est installé le centre salésien, unique communauté catholique de l'Azerbaïdjan.

Les catholiques de ce petit pays à la population musulmane dans son immense majorité, au bord de la mer Caspienne, ne sont que 570 selon le Vatican, dont 200 nationaux, et leur unique paroisse ne compte que sept prêtres.

La presque totalité de cette communauté était d'ailleurs présente dimanche dans et hors de l'église pour assister à cette messe.

"Vous êtes un petit troupeau si précieux aux yeux de Dieu", a lancé le pape lors de son homélie. "L'église entière, qui nourrit pour vous une sympathie spéciale, vous regarde et vous encourage", a-t-il ajouté.

Ce n'est pas la première fois que le pape se rend dans des pays où les catholiques ne sont qu'une minorité, au risque d'un accueil plutôt froid. Vendredi et samedi, il était en Géorgie où ils ne représentent que 2,5% de la population, selon le Vatican. A Tbilissi, le stade dans lequel le pape a dit la messe samedi était ainsi aux trois-quarts vide.

"Le pape perd-il son temps" à aller au devant de ces communautés, s'est-il interrogé dimanche à la fin de la messe. Certainement pas, a-t-il expliqué, sous les applaudissements.

Jorge Bergoglio s'est également rendu en Albanie, en 2014, et en Bosnie-Herzégovine l'année suivante, où là encore les catholiques ne sont qu'une poignée. Soucieux des "communautés de périphéries", comme il l'a rappelé dimanche, le pape argentin a invité les fidèles à Bakou à continuer dans leur foi avec "courage".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG