Liens d'accessibilité

Katumbi autorisé à quitter la RDC pour se faire soigner avant son procès


Moïse Katumbi, l'ancien gouverneur de l'ex-province du Katanga, lors d'une interview avec VOA Afrique à Lubumbashi, 5 mai 2016, VOA/Narval Mabila

Moïse Katumbi, l'ancien gouverneur de l'ex-province du Katanga, lors d'une interview avec VOA Afrique à Lubumbashi, 5 mai 2016, VOA/Narval Mabila

Le candidat déclaré à l’élection présidentielle, inculpé pour atteinte à la sûreté de l’Etat sur des allégations de recrutement des mercenaires, a obtenu l’autorisation de se faire soigner à l’étranger en attendant un procès dont la date n’a pas encore été annoncée. L’autorisation est cependant assortie de la condition que l'opposant se garde de faire du bruit sur l’affaire pendante en justice.

Selon des sources officielles, l'opposant congolais a demandé l'autorisation de quitter le pays pour se faire soigner et sa requête a été acceptée par les autorités de Kinshasa.

"Moïse Katumbi a sollicité une mise en liberté provisoire couverte par un certificat médical qui dit qu'il a besoin de soins appropriés à l'étranger. Le procureur a accédé à cette demande et l'a autorisé à partir", a déclaré à l'AFP le ministre congolais de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba.

M. Katumbi "peut partir à tout moment, toutes les dispositions sont prises", a ajouté M. Thambwe Mwamba.

"Il y a des conditions [pour M. Katumbi], notamment ne pas s'exprimer bruyamment sur le dossier entre les mains de la justice", a précisé de son côté le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

La justice congolaise a annoncé jeudi l'ouverture prochaine d'un procès pour atteinte à la sûreté de l'État contre M. Katumbi, candidat déclaré à la succession du président Joseph Kabila, qu'un récent arrêt autorise à se maintenir au pouvoir au-delà du terme de son mandat fin 2016.

Au vu des chefs d'accusation retenus contre lui, M. Katumbi, richissime homme d'affaires de 51 ans, encourt la peine de mort (systématiquement commuée en prison à vie en vertu d'un moratoire sur l'application de la peine capitale en RDC).

Ex-allié de poids de M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, M. Katumbi est passé à l'opposition en septembre en même temps qu'il démissionnait de ses fonctions de gouverneur du Katanga (province du sud-est de la RDC démantelée depuis lors) et qu'il accusait M. Kabila de chercher à violer la Constitution pour se maintenir au pouvoir.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG