Liens d'accessibilité

Kassim Majaliwa, homme politique peu connu, nommé Premier ministre en Tanzanie


Le président de Tanzanie John Magufuli, le 5 novembre 2015. (AP Photo/Khalfan Said)

Le président de Tanzanie John Magufuli, le 5 novembre 2015. (AP Photo/Khalfan Said)

Agé de 60 ans, député de Lindi, dans le sud-est du pays, M. Majaliwa était depuis 2005 secrétaire d'Etat d'adjoint pour l'Education primaire et secondaire auprès des services du Premier ministre en charge des exécutifs locaux et de la décentralisation.

Le nouveau président tanzanien a nommé jeudi au poste de Premier ministre une personnalité peu connue, Kassim Majaliwa, enseignant de formation, a annoncé le président de l'Assemblée nationale aux députés qui ont ensuite largement entériné cette nomination, selon les images de la télévision nationale.

"Je propose par la présente le nom de Kassim Majaliwa afin que l'Assemblée nationale approuve sa nomination, conformément aux procédures en vigueur", a expliqué le nouveau chef de l'Etat John Magufuli, dans une lettre lue par le président de l'Assemblée Job Ndugai aux députés réunis à Dodoma, la capitale tanzanienne.

La nomination de M. Majaliwa a été approuvée par 258 des 349 députés présents. "Je suis profondément touché et grandement honoré par cette nomination. Je promets de continuer à travailler étroitement avec tous les députés (...) quel que soit leur parti politique", a déclaré le nouveau Premier ministre à l'issue du vote.

John Magufuli a remporté la présidentielle du 25 octobre, succédant au président Jakaya Kikwete à qui la Constitution interdisait de se représenter. Leur formation, le Chama Cha Mapinduzi (CCM), ancien parti unique et au pouvoir depuis l'avènement du multipartisme en 1992, a également remporté la majorité absolue des sièges lors des législatives, malgré des dissensions et des scandales qui le donnaient affaibli.

Le nouveau Premier ministre doit prêter serment vendredi devant le chef de l'Etat près de Dodoma. Agé de 60 ans, député de Lindi, dans le sud-est du pays, M. Majaliwa est une personnalité peu connue. Il était depuis 2005 secrétaire d'Etat d'adjoint pour l'Education primaire et secondaire auprès des services du Premier ministre en charge des exécutifs locaux et de la décentralisation.

"C'est un homme politique peu connu, sa nomination est une surprise", a réagi la députée CCM Zainab Vullu, décrivant M. Majaliwa comme un homme "très humble et un bourreau de travail".

M. Majaliwa succède à Mizengo Pinda, qui occupait le poste depuis 2008 et qui faisait face depuis depuis 2014 à des accusations de corruption qu'il a toujours rejetées.

Les élections tanzaniennes se sont largement déroulées dans le calme, malgré des accusations de fraude de la part de l'opposition, qui avait clamé victoire. Le scrutin a part ailleurs été annulé pour irrégularités sur l'archipel semi-autonome de Zanzibar - qui votait pour les institutions nationales et pour son propre gouvernement et parlement locaux.

Des pourparlers sont engagés entre le président sortant de Zanzibar, Ali Mohamed Shein (CCM) et son vice-président Seif Sharif Hamad, du Front civique uni (CUF, opposition), pour tenter de résoudre la crise.

Zanzibar, dont l'économie dépend largement du tourisme, a été le théâtre ces dernières années de tensions politiques et religieuses, avec notamment plusieurs attentats à la grenade.

AFP

XS
SM
MD
LG