Liens d'accessibilité

Etats-Unis : une troisième femme à la cour suprême


La trosième femme juge de la Cour suprême américaine, Elena Kagan a prêté serment samedi. Le rapport des forces idéologiques reste inchangé au sein de cette institution

Avec la prestation de serment d’Elena Kagan samedi à Washington, trois femmes siègent désormais à la cour suprême des Etats-Unis pour la première fois. Agée de 50 ans, Mme Kagan remplace John Paul Stevens, considéré comme le juge le plus libéral. De l’avis des observateurs, le rapport des forces idéologique, avec cinq juges à tendance conservatrice, ne va pas changer.

C’est le président de la cour, John Roberts qui a reçu samedi le serment d’Elena Kagan. Elle a solennellement juré de « rendre justice sans discrimination, en traitant de la même façon le pauvre et le riche ».

La 112è juge de la cour suprême américaine va siéger aux côtés de deux autres femmes : Ruth Bader Ginsburg et Sonia Sotomayor. C’est la première fois que la cour suprême compte trois femmes juges sur 9 en son sein. En tant que père de famille, le président Barak Obama s’est réjoui du fait que davantage de possibilités soient ouvertes à ses deux filles. En tant qu’Américain il s’est dit fier du fait que la cour suprême devienne un peu plus inclusive, un peu plus représentative, et reflète un peu plus la composition du peuple américain.

Avant de prêter serment, Elena Kagan avait été confirmée jeudi par un vote de 63 voix contre 37 au sénat. Les membres de la cour suprême exercent leurs fonctions à vie. Avant d’accéder à la cour suprême, Elena Kagan avait été procureure générale près la cour suprême. La plupart des républicains ont voté contre elle, au motif qu’elle n’a jamais été juge dans le passé.

Les sessions de la cour suprême vont reprendre le 1er octobre.

XS
SM
MD
LG