Liens d'accessibilité

Ban Ki-moon appelle à un cessez-le-feu immédiat au Soudan du Sud


Violences au Soudan du Sud

Violences au Soudan du Sud

Le Secrétaire général de l'ONU a exhorté vendredi les deux parties à négocier sérieusement et a appelé une nouvelle fois à un arrêt des hostilités.

"Je salue le début des pourparlers à Addis Abeba sur la crise au Soudan du Sud, dans le cadre d'un processus mené par l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD)", a dit M. Ban lors d'une conférence de presse au siège des Nations Unies à New York. Selon lui, "il ne doit pas y avoir de nouveaux retards pour arriver à un accord sur un arrêt des hostilités."

Le Secrétaire général de l'ONU a indiqué qu'il avait discuté jeudi au téléphone avec le Président sud-soudanais, Salva Kiir, et qu'il l'avait encouragé à libérer immédiatement les prisonniers politiques. "Le Soudan du Sud est à la croisée des chemins. Cette crise ne peut être réglée qu'à la table de négociations et j'appelle les deux parties à négocier sérieusement", a souligné M. Ban.

De son côté, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a appelé vendredi les deux parties en conflit à ne pas entraver ses opérations et celles des acteurs humanitaires. Elle a exigé la fin des pillages qui ont visé plusieurs de ses entrepôts.


Par ailleurs, l'armée sud-soudanaise affirme avoir repris vendredi aux rebelles la ville pétrolière de Bentiu, dans le nord du pays.

"Cela a eu lieu a 11h30 GMT", affirme a Reuters le porte-parole de l’armée Philip Aguer. "Nous contrôlons Bentiu et tous les champs pétroliers de l'Etat de l'Unité".

Aucune source indépendante n'a pu confirmer cette information. Depuis plus de trois semaines, les combats ont fait plus de 1.000 morts et provoqué la fuite de 230.000 personnes. Ces combats ont lieu en dépit des pourparlers en Éthiopie

XS
SM
MD
LG