Liens d'accessibilité

Dépister et sensibiliser, les armes de lutte contre le Sida au Mali


Une infirmière donne un ruban à une femme, pour la journée de lutte contre le sida, à Sao Paulo, le 1er décembre 2014.

Les personnes vivant avec le sida n’ont pas caché leur colère face à la rupture des stocks de médicaments dans les centres de santé du pays.

Eliminer la pandémie de Sida, telle est l’ambition des Nations unies. Pour ce faire, plusieurs mécanismes de lutte ont été mis en place au Mali : les centres de dépistage volontaire, le traitement et la prise en charge des malades.

Le gouvernement malien et ses partenaires ont consenti des efforts, mais les malades pensent qu’ils peuvent davantage parce qu’il y a souvent des ruptures de réactifs pour le dépistage.

Après 15 ans de lutte contre le sida, les Nations unies ont changé leur fusil d’épaule, cela conformément aux objectifs de développement durable, c’est qui veut dire que l’élimination du Sida est désormais l’une des priorités de l’ONU à travers le monde.

Au Mali, la lutte contre le Sida est passée par plusieurs étapes, du manque des médicaments, à la création des systèmes de dépistage volontaire jusqu’à la prise en charge des malades.

En cette journée mondiale, les personnes vivant avec le sida n’ont pas caché leur colère face à la rupture des stocks de médicaments dans les centres de santé du pays, y compris à Bamako.

La rupture des stocks de médicaments ne sera plus bientôt qu’un mauvais souvenir, selon le secrétaire exécutif national de lutte contre le sida au Mali. Malick Sene pense même qu’il faut décentraliser les sites de dépistage.

Kassim Traoré, correspondant à Bamako

XS
SM
MD
LG